Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BEBLY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Monday, 27 April 2009
 

L’autre, il s’égare
(Autoproduction – 2009)
Durée 28’41 – 12 Titres

http://www.myspace.com/beblymusic

Après neuf années passées dans le groupe Histoire de…, Benjamin Blin alias Bebly a souhaité profiter d’une expérience acquise sur les scènes en compagnie des Bashung, Cali, Luke, Blankass et autres Deportivo pour s’envoler vers d’autres aventures en solo, vers une autre sphère qui donnerait une nouvelle impulsion à sa voix et à sa guitare … Rejoint par Guillaume Ley à la basse et Rodolphe Perroquin à la batterie après seulement quelques mois dédiés à la composition de ses premiers titres, Bebly s’efforcera de conserver cette volonté d’urgence dans l’enregistrement d’un premier album qui sort après seulement une année d’existence, comme pour mieux légitimer une envie d’aller se produire à la ville avec des titres électriques à la fois forts et aboutis, des titres intenses dans lesquels chacun se reconnaît forcément à un moment ou à un autre !

C’est en s’exprimant comme il avait sans doute toujours voulu le faire que Bebly aborde sa nouvelle position de frontman, en laissant sa guitare l’emmener là où elle veut et en posant dans son sillage des mots directs, des mots qui interpellent tant par leur droiture que par leur réalisme … Un peu plus loin que la chanson et déjà fermement ancré dans le rock, Bebly écrit des morceaux qui tutoient l’auditeur, des morceaux francs, sincères, rassurants comme des grands frères voire parfois incitatifs comme des bons copains, des morceaux que l’on suit sans trop se poser de question et qui nous emportent au gré d’une rythmique costaude mais très délicate d’un « Je me ravise enfin » à « L’entretoise », de « Comme tu l’aimes » à « Cette caresse » ou de « La leçon » à « Mes yeux d’enfant ». On sent le poids de l’expérience mais aussi cette volonté omniprésente de rester humble, direct, accessible au plus grand nombre et plus on y goûte, plus on apprécie ce premier effort qui renferme en lui toute la philosophie de Bebly, un artiste qui n’hésite jamais à tout remettre en question quand il est temps de passer à autre chose ! « Et même si ça ne devait pas durer » … On lui souhaite bien évidemment tout le contraire !