Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BLACK CITY BABIES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 09 novembre 2008
 

Let it burn inside
(Kicking Records – 2008) 
Durée 38’33 – 11 Titres
 
http://www.myspace.com/blackcitybabies
http://www.kickingrecords.com
 
Si leur label est établi dans la ville rose, ces quatre punk-rockers franc-comtois estiment venir de la ville noire, Pontarlier, et sont devenus les Black City Babies en 2005 sous l’impulsion donnée par des transfuges de formations comme Second Rate et Original Disease. Apôtres d’un punk’n’roulettes brut de décoffrage et exempt de toute forme d’artifice, Mitch (guitare), Jérôme (basse), Mark (guitare et chœurs) et Jrom (batterie et chant) ont pondu un premier maxi il y a un an en se plaçant dans une veine très fortement teintée du son et de l’énergie des années 90 et c’est fort de cette expérience que Black City Baby nous crache aujourd’hui une rafale de onze brûlots de punk old school, un album absolument irrévérencieux mais tellement craquant qu’on lui pardonne tout !

« Let It Burn Inside » joue d’entrée de jeu la carte de la déstabilisation en ne nous faisant entrer dans le vif du sujet qu’après une intro complètement décalée qui ferait cracher sa bière à quiconque n’aurait pas suffisamment d’humour pour goûter à un peu de piano jazzy avant de se laisser emporter par un déluge de riffs … La suite n’en est que plus fantastique et les Black City Babies s’efforcent de la rendre irrésistible en incorporant beaucoup de mélodie à des morceaux tendus et rapides juste ce qu’il faut, ni top ni trop peu. Un certain versant stoner apparaît de temps à autres quand le combo se laisse aller à plomber ses rythmiques et à saturer ses voix mais c’est avant tout dans le rock 100% pur jus que les quatre complices sont totalement à leur aise, quand les guitares se répondent et se complètent sur des morceaux immédiats comme l’excellent « Burn » mais également sur les non moins réussis « Thou Shalt Not Fear », « Big Midnight » ou « Cold Investigation ». Maturité et énergie se rejoignent à chaque instant et donnent aux Black City Babies un petit quelques chose qui laisse à penser que l’accueil du public va être bouillant, au moins dans les mêmes proportions que cet ouvrage dont la combustion interne et spontanée est incontestable ! A vérifier au plus vite en live …