Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NADA ROOTS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 07 juillet 2008
 

Super Star
(Karcajou Productions – Anticraft – 2008) 
Durée 50’34 – 13 Titre

http://www.nada.com
http://www.myspace.com/nadaroots 

Nada est le maillon déclencheur du Collectif Arm Posse qui a vu le jour en 1997 et qui a prêché la cause de l’underground en donnant nombre de concerts et en produisant un album dédié aux polytoxicomanies … Devenu groupe en 1999, l’ex-collectif enflammera les salles de tout l’hexagone pendant quelques années et y apportera son message où l’ouverture, la tolérance et l’amour de son prochain sont des revendications essentielles et c’est en véritable chef de file que Nada reprendra l’actif de la formation sur un premier opus solo puis sur un second. Bassiste de cœur, Nada accompagné de son acolyte Fred persistent et signent dans une voie où la tchatche est une véritable raison d’être et ça se traduit aujourd’hui par un nouvel effort où le hip-hop rejoint le groove et les racines créoles d’un artiste qui a su mettre le paquet sur les arrangements !

C’est en habillant leurs musiques au plus juste d’effets richissimes que les deux compères du projet Nada Roots ont conçu « Super Star », un ouvrage où les spoken words envoyés avec une voix chaude et caverneuse rejoignent le reggae et où les riffs de guitares acoustiques n’ont d’autre volonté de porter des textes riches et sensuels aux oreilles d’un public ouvert à toutes formes d’art. En relatant le cours de la vie de « Touré », un personnage qui se voit bousculé par divers évènements forts du XXème siècle, Nada Roots nous transporte de l’Île de la Réunion jusqu’à nos contrées occidentales mais aussi dans un quotidien pas forcément facile, celui de l’homme qui sort d’un cercle étroit et qui prend petit à petit goût au monde dans le sens large du terme. On y appréciera les « Elan de l’âme », « Des larmes », « CQFD » et autres « Carcajou » pour leurs lignes mélodiques fouillées et pour leurs textes empreints de réalisme et si le décalage formidable dans lequel nous entraîne Nada Roots à chaque instant peut éventuellement dérouter le chaland, celui qui fera un tant soit peu l’effort de s’accrocher aux filins que le groupe lui tend n’aura au bout de quelques écoutes aucun mal à trouver ses repères au beau milieu de références multiples allant du reggae le plus délicat jusqu’à la chanson vintage comme Gainsbourg savait si bien la présenter ! Une belle rondelle à toucher du doigt dès la mi-septembre …