Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow YELLOW DOGS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

YELLOW DOGS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Tuesday, 26 February 2008
 

Step on the gas
(Autoproduction – 2008) 
Durée 45’21 – 13 Titres

http://www.yellow-dogs.fr
http://www.myspace.com/yellowdogtheband

Pourquoi faire compliqué quand on peut se contenter de rester simple ? C’est un peu la question que se sont posée ces trois énergumènes venus de bords du Rhône au moment de créer leur groupe de blues … Une touche de Chicago dans la voix et la guitare de Yannick Dorel, un vieux relent funky dans la basse de Christophe Lupatelli, des shuffles qui sortent naturellement de la batterie de François Poitevin et un premier maxi de reprises en 2007 auront tôt fait de faire comprendre aux Yellow Dogs que leur musique avait les arguments nécessaires pour séduire et c’est avec un véritable album où dix compositions rejoignent trois relectures bien choisies qu’ils reviennent en ce début d’année, gardant à l’esprit une philosophie qui s’étend de Dr Feelgood à Muddy Waters en n’oubliant jamais de passer par Chuck Berry ou encore T Bone Walker. Tombés dans la marmite quand ils étaient petits, les Yellow Dogs carburent au super et passent haut la main leur premier mur du son !

C’est en faisant preuve d’un sens inné du feeling que nos trois bluesmen s’imposent d’entrée de jeu comme un des grands groupes de demain, nous balançant sans coup férir un lot de compositions qui se tiennent plutôt bien et qui ne manquent jamais de mettre en avant un sens de l’écriture certes classique mais vraiment bien maîtrisé. On se plait à retrouver « Walking The Dog », « She’s A Windup » et un fabuleux « Black Night » mais plus qu’en s’essayant avec un réel talent à revisiter du Rufus Thomas, du Lee Brilleaux ou du Charles Brown, c’est par des morceaux comme « Living In A Crowd », « Black Car Boogie », « She’s Got Crazy Legs » ou « Let Me Be Your Man » que ces sympathiques canidés forcent spontanément le respect. En adaptant parfaitement leur jeu à chaque type de blues interprété, les trois musiciens démontrent par l’exemple que l’éventail des sonorités sur lequel ils entendent évoluer est particulièrement large et qu’ils sont capables de répondre à chaque situation qui s’offre à eux avec toujours le même talent et le même plaisir de jouer. L’expérience de la scène aidant, on devrait très vite les retrouver au meilleur de leur forme sur de futurs albums qui, s’ils respectent une progression constante, devraient faire parler d’eux sans trop de difficulté. A suivre de près donc …