Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ZAC HARMON à MANTES LA JOLIE (78) pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 21 mars 2007
 

A.E.K. SAFAR BLUES – ZAC HARMON
CAC GEORGES BRASSENS – MANTES LA JOLIE (78)
Le 20 mars 2007


http://www.zacharmon.com
http://www.myspace.com/zacharmon
http://www.aeksafarblues.fr.nr
http://www.blues-sur-seine.com
http://www.cacgeorgesbrassens.com


C’est une formidable soirée que nous proposent conjointement Blues-sur-Seine, le CAC Georges Brassens et le Jazz Club Lionel Hampton Méridien Etoile puisque Zac Harmon, pensionnaire le temps d’enregistrer son album live dans les locaux de l’hôtel de la Porte Maillot, est venu se perdre jusqu’à Mantes la Jolie le temps d’un concert exceptionnel en tous points ! Placée sous le signe du métissage et du brassage des cultures, la soirée nous réserve quelques belles surprises …

Il est quasiment l’heure dite quand A.E.K. Safar Blues trouve le chemin de la scène et vient nous y déverser un blues scintillant qui emprunte autant aux trois King dont les phrasés du frontman sont largement inspirés qu’à Amar Sundy qui fut le déclencheur de sa vocation. Pur produit local, le groupe emmené par Abd-El-Kader démarre en instrumental avec « Caravane », un morceau chargé de toute la culture propre au Safar Blues, puis s’engage vers un set chanté ou l’Arabe tutoie le Français et où les chansons dédiées à Martin Luther King se mélangent à une reprise très méditerranéenne de « Little Wing ». Accompagné de Faouzy à la basse, Brice à la batterie, Jamel aux percus et James aux claviers, Abd-El-Kader fera souffler le vent du désert sur le Mantois tout en évoquant ses « Blues à l’âme » et en faisant lentement mais sûrement monter la température du Café Concert Luther Allison qui affiche complet pour l’occasion … Un bel exploit pour un soir de semaine, qui plus est frigorifique !

Quelques minutes d’entracte suffiront pour aller saluer les membres de la communauté blues qui ont fait le déplacement mais aussi les musiciens des deux groupes à l’affiche puis il est déjà temps pour la salle de se replonger dans le noir et d’accueillir le très grand Zac Harmon, récipiendaire en 2006 d’un Blues Music Award et lauréat deux ans plus tôt de l’International Blues Challenge de Memphis ! Autant dire que c’est du lourd qui foule ce soir les planches d’une salle qui en a vu d’autres mais qui va très dignement accueillir le chanteur et guitariste de Jackson, Mississippi, venu nous présenter un set où les classiques du blues sont nombreux mais où l’on remarque également quelques pièces plus originales comme cet étonnant « Hattie Mae » qui démarre le set. Viendra ensuite la longue litanie des « King Bee », « Boogie Down » et « Big Boss Man » mais aussi un « Mannish Boy » partiellement adapté en Français et un « Little Wing » en Anglais qui contraste avec le précédent que nous avait servi A.E.K. Safar Blues.

Zac Harmon est un excellent guitariste et un chanteur à la voix singulièrement attachante qui sait non seulement user d’un très grand charisme mais aussi très bien s’entourer puisque son groupe est particulièrement à la hauteur de son talent, le brillant harmoniciste Jeff Stone ne manquant jamais une occasion de mettre en valeur les notes de son leader à grand renfort de son Mississippi Saxophone et la section rythmique solide composée de Buthel à la basse et Lavell Jones à la batterie se révélant aussi efficace dans le Chicago Blues que dans les morceaux un peu plus roots. Quelque peu en retrait, le guitariste rythmique B.R. Million a pour sa part un peu de mal par moment à être audible mais c’est avec beaucoup de classe qu’il s’échine derrière une formation mélangeant habilement classe, force, finesse et délicatesse tout au long d’un set qui défilera à vitesse grand V et qui ne lassera jamais un public sous le charme du début à la fin de la prestation.

Montant encore d’un cran sur une « Train Song » en forme de dialogue entre un père et son fils qui résume à lui seul toute l’histoire des Noirs Américains et leur exil du Sud vers Chicago, l’intensité atteindra des sommets quand Zac Harmon s’engagera dans la voie de la guitare slide et de la mise en avant de l’œuvre d’Elmore James, un autre artiste de Jackson, en reprenant coup sur coup « Dust My Broom » et « The Sky Is Crying ». Il ne restera plus ensuite qu’à plier le concert avec un « Messin’ With The Kid » agrémenté de soli individuels sur fond de grand tour des USA puisque l’on y remarque des musiciens venus du Michigan, de Louisiane, de Californie et de l’Illinois autour d’un leader du Mississippi, et enfin avec un « Got My Mojo Working » servi en unique rappel …

S’il fallait citer les moments les plus forts de la soirée, on évoquerait sans aucun doute cette bise offerte par une très jeune enfant à qui Zac Harmon avait ‘‘donné’’ un solo quelques secondes plus tôt ou encore ce long final sur lequel le public donnera sans trop se faire prier la réponse aux puissants « I Feel Allright » lancés par l’artiste … Le froid est retombé sur la ville et on quitte, non sans regrets, un artiste très accessible occupé à dédicacer ses albums dans le hall ! Si vous avez l’occasion d’aller à sa rencontre, n’hésitez surtout pas, l’instant sera sans aucun doute inoubliable …

Fred Delforge – Mars 2007