Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HATESPHERE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 16 mars 2007
 

Serpent Smiles And Killer Eyes
(Steamhammer – SPV – 2007) 
Durée 40’44 – 9 Titres 

http://www.hatesphere.com
http://www.myspace.com/hatesphere

Ogre danois formé en 2000 autour du chanteur Jacob Bredahl, Hatesphere est un de ces concentrés de poésie et d’harmonie comme seuls les pays nordiques savent nous en proposer ! Reconnu sur la scène trash depuis son premier opus sorti en 2002, « Blooded Hatred », le groupe n’aura eu de cesse de progresser dans le sens le plus violent et extrême du terme, décuplant sa puissance sonore au gré de ses sorties discographiques et de ses apparitions scéniques et atteignant des sommets avec son maxi « The Killing » puis avec son dernier opus en date, « The Sickness Within », sorti en 2005. Autant dire que la virulence est un état de fait pour les guitares de Peter Lyse Hansen et Henrik Jacobsen et pour une section rythmique de folie composée de Mikael Ehlert à la basse et de Anders Gyldenøhr à la batterie et que les amateurs de sensations fortes sont tous impatients de découvrir le petit dernier qui est bien au chaud dans sa pochette en attendant une sortie européenne annoncée pour fin avril ! On fait plus ample connaissance avec la bête histoire de vous mettre un peu dans l’ambiance … et beaucoup l’eau à la bouche.

Ceux qui avaient boudé le tournant plus hardcore pris par Hatesphere avec « Ballet Of The Brute » en 2004 peuvent d’ores et déjà se rassurer, c’est à un ballet 100% metal et 100% brutal que le groupe nous invite pour « Serpent Smiles And Killer Eyes », l’album se trouvant abondamment rempli de voix death succulentes et de déluges rythmiques du plus bel effet et ne souffrant que de quelques très légers déséquilibres au niveau du positionnement des guitares sur certains titres. Produite par le groupe lui-même sous la direction de son chanteur et mixée par Tue Madsen, la rondelle nous prépare quelques futures épreuves cruciales pour les cervicales et il faut s’attendre à quelques douleurs inévitables tant l’envie de headbanger se fait de plus en plus forte au fil de l’avancée des pistes. On s’amusera à relever quelques allusions faites au Metallica old school au détour d’un riff ou d’un break et en attendant de pouvoir toucher du doigt et du tympan quelques gâteries pleines de finesse dans l’écriture et de rage dans le jeu comme « Damned Below Judas », « Drinking With The King Of The Dead » ou « Feeding The Demons », les fans se rueront sur la page MySpace du combo où deux des nouveaux morceaux, « Let Them Hate » et « Floating » leur sont déjà livrés en pâture. La mauvaise nouvelle reste sans doute qu’aucune date n’est prévue à ce jour dans l’hexagone mais la bonne, c’est que la tournée n’est pas encore définitivement bouclée et que si on demande gentiment et poliment à qui de droit, il y a encore des chances d’être écouté ! Détestons les, mais jusqu’au bout et en y mettant les formes …