Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE ELEKTROCUTION - THE MARXMALLOWS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 29 janvier 2006
 

THE ELEKTROCUTION – THE MARXMALLOWS
CAC GEORGES BRASSENS – MANTES LA JOLIE (78)
LE 28 JANVIER 2006

 

C’est à la grande rentrée rock du CAC Georges Brassens que nous sommes conviés ce soir puisque deux formations à dominante pop punk pour la première et high energy pour la seconde vont se charger de réveiller une salle qui semble prise dans la glace tant son public est calme, pour ne pas dire mou du genou !

« Now One Knows … The Marxmallows … » Après une petite intro pompée aux Ramones, Lwi (guitare et chant) entonne l’hymne impérissable et c’est parti pour une grosse demi-heure bourrée de bon punk-rock bien envoyé mais aussi de beaucoup d’humour, pas toujours forcément très fin mais assez bien apprécié d’un public qui a quand même du mal à entrer dans le set. Inondé de lumière, Chuck (batterie) se fait une joie de se livrer à des frappes désarticulées, soutenu dans ses efforts par un Adi impeccable qui ne retient pas ses lignes de basse ! Les aspects techniques ne nuisent en rien à la cohésion d’un groupe desservi par une salle qui ne réagit ni à un son fort mais clair, ni à un set où l’on retrouve quelques belles pièces comme « TV Food & Fast Vision », « Sometimes I Wanna Be A Gas », « We Play Music For 16 Years Old Girls » ou l’excellent « Take Warning » réclamé avec insistance par une poignée de fans présente dans la salle ! Un dernier mot d’esprit, « Monsieur et Madame Schultz ont une fille … Sylvie Schultz », et c’en est fini d’un set qui n’aura manqué de rien côté groupe mais qui ne restera malheureusement pas dans les mémoires côté public ! On se reverra donc très vite dans de meilleures conditions pour une session de rattrapage, à l’Usine à Chapeaux de Rambouillet en février ou au Forum de Vauréal en mars par exemple …   

Venu de Rouen, The Elektrocution a amené dans ses flycases quelques fans qui vont se charger de relever un minimum le niveau d’une soirée où la sieste est de mise et où l’on pourrait jouer à « 1-2-3, soleil » tant l’immobilisme est de rigueur ! Déployant une énergie considérable, le combo nous sert son rock crade entre metal, punk et garage avec beaucoup d’ingéniosité et parvient à déclancher, si ce n’est un pogo, du moins quelques déhanchements significatifs dans la salle. Deux guitares furieuses, un chanteur surexcité qui s’emmêle les crayons dans son pied de micro, des lights très sobres sur le début, plus ingénieux par la suite et surtout un répertoire de vieux briscards du rock’n’roll avec ses « Elektrocution Uber Alles », « Womaniser », « Fuck You 2 » et « Fuck You 3 » vont très vite se charger de nous en mettre plein les yeux et plein les oreilles. Décapant sur ses morceaux chantés, The Elektrocution devient particulièrement génial sur les passages instrumentaux où Antoine et David (guitares), Yann (basse) et Yves (batterie) donnent tout ce qu’ils ont en eux pour laisser à Maxime les quelques secondes indispensables pour reprendre son souffle. En une petite heure d’un set où l’on a pas le temps de s’ennuyer une seule seconde tant il est serré, les Rouennais auront quand même réussi le tour de force de convaincre quelques spectateurs avec une musique qui sait mélanger agressivité et qualité. Bien joué !

Le CAC a vécu aujourd’hui une soirée sans … Sans folie, sans envie, sans la joie de vivre et l’amour de la musique qui caractérisent les lieux en temps normal ! Il y a des soirs comme ça où rien ne marche … Espérons simplement que la fièvre habituelle soit de retour dans une semaine pour la sortie officielle du nouvel album de nos amis de 100 Raisons ! Allez, on y croit …

Fred Delforge – janvier 2006