Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ZACCHARIA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Monday, 05 December 2005
 

Divorce
(Punk Nation Records - I Scream Records - Overcome Distribution - 2005) 
Durée 30'26 - 7 Titres

http://www.zaccharia.com
http://www.divorcerocks.net
http://www.punknationrecords.com 

Punk, c'est du belge ! Né entre hardcore et metal à l'été 2002, Zaccharia aura fini par virer à l'emo pop punk au fil des années, sortant un premier maxi à peine un an après sa création et s'embarquant très vite dans une tournée qui les conduira à jouer en France en ouverture pour Sepultura mais aussi dans nombre de festivals allemands et hollandais aux côtés de The Exploited ou Hatebreed. Le départ de son batteur originel vers d'autres aventures permettra à Zaccharia de recentrer son style et c'est autour de Chris Remy que Vinz Kemp (basse), Imran Siddini (guitare et chant) et Phyl Bautzer (guitare et chant) ont enregistré cette nouvelle rondelle au studio The Six de Bruxelles avec aux manettes Charles Deschutter que l'on connaît pour ses mixages en live de groupes comme Kyo, Pleymo ou Queens Of The Stone Age.

Zaccharia affiche clairement sa volonté de séduire le plus grand nombre d'auditeurs possible et si le " Divorce " qu'il nous annonce est bel et bien celui d'avec un style qui ne lui convenait plus vraiment, il n'est en rien celui d'avec un son qui sait devenir puissant à la demande. Bien entendu, les mélodies pop sont mises en avant au détriment d'un riff que l'on sent prêt à reprendre le dessus dès lors que le groupe se retrouvera face à une foule en délire mais globalement, " Divorce " reste un album un peu moins incisif que ce qu'on était en droit d'espérer d'un tel groupe. S'engluant parfois dans la guimauve (" Carla ") pour être certain de s'attirer les faveurs des radios branchées, Zaccharia s'en sort plutôt bien sur des titres comme " Chrysalis " ou " The Untitled " mais frôle la correctionnelle à deux reprises avec des morceaux trop structurés qui, à la longue risquent de lasser un public en mal de refrains immédiats … Essayez de fredonner " Story Of The Year " ou " Divorce " sous la douche et vous vous retrouverez (au mieux …) avec une facture d'eau assaisonnée ! Pour son premier véritable flirt avec les bacs, Zaccharia nous fait le coup de l'éjaculateur précoce et nous gratifie d'un ouvrage un peu tiré par les cheveux qui ne manquera pas de laisser un arrière goût d'inachevé là où il aurait pu se terminer en véritable feu d'artifice. Dommage car en business comme en amour, la seconde chance n'est pas automatique … Un groupe qui devra faire ses preuves sur scène pour s'en sortir avec les honneurs mais qui a le potentiel nécessaire pour gagner son pari. Encore un effort !