Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BEREZINA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 17 août 2005
 

Bérézina
(Autoproduction - 2005) 
Durée 13'24 - 4 Titres

http://www.berezina.fr

Né au lycée, The Holy Punkies a longtemps été cantonné dans les Yvelines et a commencé sa carrière en écumant les salles et MJC régionales … Un premier changement de batteur signera l'entrée du trio dans le " Plateau 109 " en 2003 avant que le groupe n'adopte un an plus tard un nouveau nom, un batteur nantais, Axel, et que JP (guitare et chant) et Nico (basse) ne persistent et signent dans un domaine qui leur colle à la peau, une sorte de mélange de rock français et d'émo-punk. En une cinquantaine de concerts donnés d'Ile de France en Vendée en passant par la Bretagne, Bérézina s'est forgé une solide réputation, s'est ouvert une programmation régulière sur Le Mouv' et a été élu " Paris Jeunes Talents 2005 " … Leur maxi est une bonne occasion de les découvrir !

Si Good Charlotte s'offrait la rythmique des Deftones et le chant de Téléphone, on obtiendrait sans doute un groupe dans le genre de Bérézina … Parfois pop dans ses intonations, JP s'avère être un chanteur au registre assez étendu qui s'en sort avec les mêmes honneurs dans les vocalises nasillardes que dans les hurlements féroces. Derrière lui, il arrive que la basse et la batterie ne soient pas sur la même longueur d'onde, au point que l'on se demande à une ou deux reprises si tout le monde joue bien le même morceau au même moment … Et pourtant, le décalage produit dans ces passages précis s'avère plutôt intéressant à entendre ! Textes utopiques et riffs tranchants à souhait se conjuguent au final assez bien et s'offrent un son fort honorable pour une rondelle autoproduite. Si " Strapontin " semble s'attirer les faveurs des médias, des morceaux comme " Transexylvanie ", " Roulette " ou " Dans ma tête " n'ont pas à rougir devant ce grand frère un peu flagorneur et roublard. Un bon avant-goût qui pousse à aller juger le groupe sur pièce !