Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BLUES IN CHEDIGNY pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 16 août 2005
 

BLUES IN CHEDIGNY
14 AOUT 2005
CHEDIGNY (37)

 

Photos (c) Marc Loison


Petit village attachant posé entre Tours et Loches, Chédigny n'en est pas à son coup d'essai en matière de blues puisque c'est à la huitième édition de son festival que nous nous retrouvons pour une journée mémorable. Si les deux premières soirées ont fait recette avec une affluence record venue pour découvrir des groupes généralement brillants, cette journée du dimanche va nous réserver quelques belles surprises concoctées par Big Joe Turner, éminent représentant local qui fut un temps bassiste de B.B. King avant de devenir programmateur de la manifestation …

C'est Jean-Jacques Milteau qui ouvre le bal avec pour seule compagnie le génial guitariste Jean-Marie Ecay. Fidèle à son habitude, Milteau nous invite à un voyage initiatique qui nous transporte en musique d'Afrique du Sud à Memphis et qui rend hommage à une foule plutôt bigarrée parmi laquelle on croise Nelson Mandela, Mighty Mo Rodgers ou bien entendu le regretté Little Milton. Rejoint après une grosse vingtaine de minutes par la splendide Demi Evans, notre souffleur national nous présentera un morceau de son album à paraître avant de partir dans un répertoire plus soul où l'on reconnaîtra, entre autres, quelques " Heart of Soul ", " Chain of Fool " ou encore une version de " You're So Fine " dédiée à l'influence suprême de l'harmoniciste, Little Walter, qui sera présenté comme le Jimi Hendrix de l'harmonica et un des pères du Chicago blues … Les murs de l'église qui servent de fond au décor résonnent encore des meilleurs moments de cet agréable mise en bouche !

 

C'est sur la petite scène annexe que KAP Blues va se livrer au hold-up en règle de cette journée du dimanche ! Chaleureux à souhait, le show de ce trio éparpillé entre la Normandie et l'Aveyron va séduire une foule assise à ses pieds et conquise par le charme et la gouaille d'un Chris Papin à la voix éraillée par un concert improvisé le midi même dans le bar du village. Démarré en acoustique par un traditionnel " Bienvenue dans ce monde parfait ", le concert prendra des couleurs plus électriques avec " Texas Blues " avant de nous offrir quelques surprises, la première n'étant autre qu'un nouveau morceau, " Je bois, je fume et je tousse " tandis que la seconde sera l'arrivée d'un saxophoniste venu aider KAP Blues à exécuter un morceau de jazz (dans les deux sens du terme …) avec soli à rallonges et moult plaisanteries qui déclancheront l'hilarité dans une assistance conquise. Virant à l'Anglais sur le tard, le trio honorera Sonny Boy Williamson puis Keb' Mo' avant que Philippe Kerouault ne prenne le micro pour nous émouvoir d'un splendide " Vraiment fou " et de son intro empruntée à Ry Cooder. Un final dédié à B.B. King, l'imposant " King of the Blues ", et un petit coup de saxo en prime et ces lauréats de l'édition 2004 du Tremplin Blues-Sur-Seine n'auront plus qu'à aller recueillir les félicitations et autres remerciements du public, la plus belle étant sans aucun doute celle de cet enfant venu les rejoindre sur scène au beau milieu de leur set …

 

Un petit tour par le stand restauration qui lorgne des deux côtés de l'Atlantique en nous proposant ribs mais aussi crêpes, cidre et vin de Chinon et il est déjà temps d'aller assister à la prestation de The Blues Band. Créé à l'initiative du chanteur et guitariste Dave Kelly, le quintet est une sorte de All Stars Band avec pas moins de quatre vocalistes qui se partagent la vedette tour à tour, créant un petit manque de cohésion par passages mais séduisant par un talent incontestable et par le plaisir évident que Gary Fletcher, Paul Jones, Tom McGuiness et Rob Townsend prennent à jouer ensemble. Techniquement au top, le concert des Britanniques partira en trombe sur un fort bienvenu " Dust My Broom " avant de se consacrer à plusieurs passages du tribute à Ray Charles que l'harmoniciste Paul Jones vient d'enregistrer. De Robert Johnson sur " Crossroads Blues " à Blind Willie Johnson sur " Nobody's Fault But Mine ", The Blues Band nous offrira une cover de Muddy Waters et un " Let The Good Time Roll " explosif à souhait, laissant sur les rotules une assistance qui a pris un réel plaisir à assister à ce concert débridé.

 

Il est plus de 23 heures quand Kenny Neal prend possession de la scène et vient nous offrir son show où funk, soul et Louisiana Blues se mêlent à merveille … De Buddy Guy à B.B. King avec qui il a joué, Kenny Neal a eu tout le loisir de peaufiner son style et c'est avec une maîtrise parfaite tant de sa guitare que de son harmonica qu'il enflamme Chédigny ! Les longs morceaux s'enchaînent avec fluidité et jamais le set ne pêche par excès de démonstration, laissant autant de place aux claviers qu'à l'harmonica ou à la guitare et ne tombant pas dans le piège d'un exercice musical aussi masturbatoire pour le groupe que pénible pour le public. Les notes de " The Blues Is Allright " résonnent sur scène et il est déjà temps de quitter le festival, la route du retour s'annonçant longue et pénible … Un dernier salut aux amis présents et les notes bleues de Kenny Neal qui nous accompagnent sur le chemin qui conduit à la voiture nous aideront à quitter un petit village de province où l'accueil est plus que sympathique et où trois milliers de spectateurs se pressaient ce soir pour des concerts particulièrement bien réussis. Une chose est certaine, Chédigny est une des grand-messes blues estivales qu'il convient de ne pas manquer au même titre que Cahors, Cognac ou bien entendu Bougy où nous nous retrouverons tous dans une quinzaine de jours !

 

Fred Delforge - août 2005