Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TOMAS BODIN pdf print E-mail
Ecrit par Stephane Burgatt  
jeudi, 28 juillet 2005
 

TOMAS BODIN
IAM
(InsideOut Music – SPV – 2005)
Durée 63’26 – 3 titres

http://www.tomasbodin.com
http://www.spv.de

Talentueux claviériste des Flower Kings, le Suédois Tomas Bodin nous revient avec son quatrième album solo. Faisant suite à « sonic boulevard », « IAM » se pose en concept album se référant au temporel. Trois plages pour trois lettes, I, A, M. Entre passé, présent et futur, Bodin nous balade pendant une heure avec un rock  progressif de haute volée se permettant de faire le grand écart entre hard et jazz rock. Son talent n’étant plus à démontrer, l’homme vise l’humilité et s’accorde au même niveau que les musiciens l’accompagnant.
Et quelle équipe il faut dire ! Les guitares sont assurées par Jocke JJ Marsh, débauché du Glenn Hughes band (bassiste de Deep Purple de 1973 à 76). Les responsables des fûts et grosses cordes, Jonas Reingold et Marcus Liliequist sont eux en import direct de Flower Kings. C’est dire si la machine roule on ne peut plus honnêtement.

Pendant ces trois périodes, on célèbre dans l’allégresse, on se déchire, on explose pour encore toujours relancer la partie sans jamais s’adonner à la facilité. Les changements de tons sont toujours là où on ne les attend pas. Et l’efficace utilisation de voix féminines (Pernilla Bodin et Helene Schönning) aux côtés de Anders Jansson y est pour quelque chose. Ces touches ne finesse au milieu d’envolées de brutes ajoutent une touche d’intelligence supplémentaire à l’édifice qui, au final, nous fait penser à un opéra rock. Un peu court pour en être un mais tout de même de très bon calibre.
Plus aucun doute, Bodin a bien signé ici son album référence. L’album, avec un L majuscule. S’imaginer ce que ceci donnerait sur scène, avec une mise en scène et une production cohérentes relève tout simplement du fantasme.