Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ILENE BARNES EN DUO

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ILENE BARNES EN DUO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 14 février 2005
 

ILENE BARNES
CAC GEORGES BRASSENS - MANTES LA JOLIE (78)
LE 12 FEVRIER 2005

 

Photos Lionel Aboukrat : lionel.a@wanadoo.fr

Nous avions déjà eu le plaisir de rencontrer Ilene Barnes lors de son passage en quintet à Sartrouville, c'est ce soir en duo et dans le cadre d'une soirée en collaboration entre le CAC Georges Brassens et l'équipe de Blues-sur-Seine que nous la retrouvons sur les planches mantaises. La motivation du public n'a d'égale que la qualité du son et la subtilité des lights, tout est donc réuni pour que nous passions une bonne soirée …

Surprenante de naturel, Ilene Barnes entre en scène juste derrière Jean-Paul Trasfi, son guitariste, et se lance a-capela dans une chanson de Nina Simone que le peuple de La Barbade, pays dont elle est originaire, se plait à fredonner dans les rues … Les jambes gainées de cuir, un chemisier blanc, sobre mais ample, Ilene nous contemple du haut de son mètre quatre-vingt huit ! Pas de temps de s'ennuyer dans la salle, la conversation s'établit très vite entre une chanteuse à la langue bien pendue et un public instantanément conquis … La musique coule, naturellement, et on a tout le loisir de se régaler d'une voix exceptionnelle mais également de deux guitares complices et complémentaires. On apprécie " Time " pour son feeling, " Do You Know What I Mean ? " pour la gestuelle qui l'accompagne, " Please " pour le clin d'œil à Bono de U2 …

Nous allons nous mettre au travail et Ilene demande à son public de se lever, ce qu'il fait de bonne grâce tant le charme a déjà opéré … Il va falloir taper des mains en rythme pour l'accompagner sur " Deep " puis se frapper sur la poitrine et chanter sur le génial " Up From The Ground ", un titre tribal à souhait qui rappelle les origines (partiellement) indiennes d'Ilene Barnes ! Repos … Il est temps de découvrir un titre inédit, " Hey ", sur lequel le duo trébuchait encore un peu à la balance. Aucun souci pour le spectacle, le morceau passe de manière impeccable et ouvre la voie à deux classiques, " TV Heroes " et son solo de castagnettes puis " Jennifer ", théâtre d'un mélange d'onomatopées et de vocalises du plus bel effet … La salle est définitivement conquise ! Un petit tour dans le public pendant " Victory Song ", une plaisanterie politique à la fin de " Where Are We Going ? ", une renaissance imaginaire sur un " No Screwtiny " durant lequel la salle retombe en enfance et débite ses " la-la, la-la-la … ", un ultime " Best Friends " et Ilene Barnes fait mine de nous quitter !

Rapide retour pour un joli cadeau, une paire d'inédits dont le tout nouveau " Wolf's Cry " qui a été écrit il y a seulement quelques jours et qu'Ilene n'a joué qu'une fois sur scène, hier soir à Bordeaux où elle se produisait en quintet ! Le ton est donné, ça passe où ça casse … Les paroles sont au sol pour pallier au moindre manque de mémoire mais tout coule très spontanément. On se quitte une seconde fois sur " Blind Folded ", lui aussi inédit mais déjà largement rodé, et on se retrouve encore pour un negro-spiritual partagé avec la salle qui affiche une émotion palpable. Une centaine de minutes viennent de s'écouler, un moment bref mais intense pendant lequel Ilene Barnes aura conquis le cœur des non initiés …

Le CAC Georges Brassens se vide après une séance de dédicaces soutenue, les habitués de Blues-sur-Seine se retrouvent pour de longues discussions, on reconnaît au passage Jackson Thélémaque, brillant griot d'origine haïtienne venu se régaler de la culture d'Ilene, différente de la sienne et pourtant si proche … D'un avis général, ce fut une formidable soirée !

Fred Delforge - février 2005