Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BABYLON CIRCUS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Tuesday, 08 June 2004
 

Dances of resistance

(Yelen Musiques – 2004) 

Durée 59’53 – 17 Titres

 

http://www.babyloncircus.net 

http://www.yelen-musiques.com

 




Il y a presque dix ans que Babylon Circus nous régale de sa musique métissée dans laquelle on retrouve de grosses influences reggae et ska mais aussi d’autres plus slaves, jazz ou punk … En plus de six cents concerts qui les ont conduits de l’Europe au Moyen Orient, la dizaine de musiciens qui compose Babylon Circus a réussi à se faire une place au soleil et à se faire reconnaître du public grâce à une musique énergique, à des textes plutôt engagés et à des prestations particulièrement chaudes. Pour son nouvel album, le groupe quitte Small Axe et rejoint Yelen, s’offre Laurent Jais (Manu Chao, Les Wampas …) à la production et se donne les moyens d’assurer un nouveau départ dans une nouvelle dimension …

Babylon Circus n’aime pas la guerre, mais qui pourrait aimer ce genre d’occupation ? Ils le rappellent d’entrée de jeu en plaçant coup sur coup une intro en forme de « Manifestation contre la guerre en Iraq » et l’excellent tittle track, « Dances of resistance ». Dès lors, le ton est donné et même si la forte pression de ce départ en trombe retombe de temps en temps pour des titres plus calmes, plus slaves, il reste virulent … On apprécie cette section de cuivres bien en place, le mélange des langues et celui des styles et bien évidement la détermination d’un groupe qui est prêt à aller au bout de lui-même pour en donner le plus possible à son public. La volonté de restituer sur album la fougue et l’énergie qui anime Babylon Circus sur scène est payante et on retrouve ces petites notes spontanées de saxo ou de trompette disposées de façon naturelle et particulièrement enchanteresse. De « No competition » à « Mr Clown » et de « Musical terrorism act » à « Lost in the jungle », le combo nous fait découvrir un monde, le sien, pas toujours tout rose mais souvent accueillant et dans lequel on profite « De la musique et du bruit », même si au fil des ans, certains ont pris le parti de jeter de « L’huile sur le feu » … Sans aucun doute l’œuvre la plus aboutie de Babylon Circus à ce jour !


Fred Delforge – 7 juin 2004