Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LES VICTOIRES DE LA MUSIQUE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 28 février 2004
 

PARIS - LE ZENITH
28 FEVRIER 2004

Quelles belles Victoires de la Musique ! Dès les semaines qui précédaient le jour J nous savions déjà que la soirée ne serait ni grandiose, ni riche en rebondissements … Les invitations tombaient au compte goutte dans l'escarcelle des artistes et déjà on s'amusait à voir le soin extrême pris dans la sélection des personnes conviées à la fête … Bannissement pur et simple de tous ceux qui pourraient éventuellement faire ne serait-ce qu'un peu de bruit ou manifester leur mécontentement, à commencer par les équipes techniques que les groupes ne pouvaient même pas emmener avec eux pour la quête de cette pathétique carotte que l'on proposait aux artistes, on ne sait jamais quelquefois qu'un intermittent survivant ne se cache parmi eux … Et puis bien entendu, la presse indé à qui on ne daigne même pas expliquer le refus du sésame et que l'on ignore purement et simplement bien que nombreux soient les nominés qui arrivent de cette scène " alternative " dont elle s'occupe avec le plus grand soin, je pense à nos amis Wampas bien entendu mais aussi à Tété, Corneille, Cali, Dionysos, Pleymo, Mickey 3D, Kyo … Mascarade ! La suite n'est que flagornerie, entre les consignes reçues par les organisateurs et celles transmises aux artistes, entre les syndicats qui dénoncent les agissements plus que douteux de ce simulacre de cérémonie où les dés sont pipés et la cérémonie qui se déroule quand même dans un Zénith parisien tout endimanché. Le but avoué est clair, faire passer à notre Ministre de la Culture une bonne soirée aux frais de la princesse et le présenter comme quelqu'un de bien, proche des artistes, lui adresser les louanges qu'il mérite pour avoir su préserver les droits fondamentaux des intermittents en sauvegardant le régime d'assurance chômage spécifique pour, et seulement pour, les intermittentes en congé maternité … C'est déjà ça diront les autres en claquant du bec ! Pour s'être battu tel un Don Quichotte de pacotille contre les moulins d'un gouvernement, dont il fait partie, qui ne cherchent qu'à moudre un peu mieux la (Ra-)farine dans laquelle ils comptent bien rouler notre culture jusqu'alors si riche … Qui arrivera encore à se motiver pour ce genre de soirées où l'on prend le public pour des vaches à lait ? La ménagère de plus de 40 ans que l'on abreuve toute l'année à grands coups de lofts, de bachelors, de Fogiel, de Koh Lanta et de popstaracadémies en tout genre ? Ses enfants gavés aux artistes élevés aux hormones de croissance et à qui on explique que c'est ça l'avenir culturel de la nation ? Son chat qui vomit son ronron devant tant de médiocrité ? Rendez-vous compte ma pauvre dame, cette bête elle aime Lorie, Alizée et Nolwenn, des trucs pour chat quoi, et là, à part Kyo et Obispo qu'on a déjà entendu, y a qu'des gens qu'on connaît même pas, pis des zazous en plus, y'en a même un avec un boa rose autour du cou qui voulait rouler un pâlot au présentateur, pis y chantait faux en plus ! On aurait pu vous faire grâce des résultats de la soirée puisque tout bien réfléchi, ce n'était pas ce qui primait ce soir … Et puis en fait, on en est bien satisfait globalement de ces résultats alors on les évoque au même titre que les quelques vagues qui sont venues légèrement mazouter la lisseur et la platitude d'une soirée de gala en forme de plateau télé. Les trois victoires de Mickey 3D, les trois autres de Kyo, la plus méritée sans doute pour une Carla Bruni sincèrement émue et plus belle que jamais la larme à l'œil, celle de la légende Cesaria Evora, celle qu'Obispo attendait depuis des lustres, celle de Calogero … Et puis surtout les couplets aigres-doux des Sanseverino, Bénabar, Tiersen ou Valérie Lagrange qui ont osé, ô scandale, revendiquer ! Les prestations acides des Wampas ou de Dionysos qui ont décoiffé un peu plus le scabreux Durand et le top crédible Delarue et puis enfin Mickey 3D qui a modifié et vitriolé sa chanson culte qui clôturera la cérémonie au risque de finir la nuit dans les geôles parisiennes. Dans Victoires de la Musique, chacun devrait être capable de reconnaître les mots " victoire " et " musique ". Si pas mal ont maintenant des statuettes sur le buffet de la salle à manger ou dans le garage, d'autres vont continuer à ramer pour vivre … Bravo aux premiers, surtout à ceux qui ont su rester lucides sur la valeur intrinsèque de l'objet, mais aussi bon courage aux autres ! La Culture a un prix mais la musique n'est jamais gagnante dans ce genre de soirées. Pendant ce temps, " La France a peur, tous les soirs à 20 heures … La Police vous parle … Ayez confiance ! ".