Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ENGEL pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 01 janvier 2003
 

Engel
(Musea - 2002)
Durée 54'54 - 12 Titres
<

/p>

http://www.musearecords.com
Contact : migueldelallave@latinmail.com

_Engel, ou plus exactement Miguel Angel de la Llave Jiménez, est un multi-instrumentiste aussi talentueux que son nom est impossible à écrire … C'est vous dire s'il est doué, que ce soit au violon, à la cornemuse, à la flûte, à l'harmonica ou au xylophone. On vous passera les guitares, la basse, les claviers, instruments celtes et autres percussions que le génial compositeur utilise avec tout autant de maestria. Se faisant assister par une dizaine de chanteurs et chanteuses d'horizons divers, l'ibérique prodige nous offre ici son premier album enregistré en 2002 et distribué chez nous par Musea. Engel nous propose une escapade autour du globe, dans les endroits les plus retranchés où se côtoient musique d'influence celtique et de souche orientale. On enfile un kimono, une djellaba et un kilt et on se retrouve plus bas …

_Etrange sensation qui se dégage dès les premières mesures de " Yo " et qui ne vous quittera plus jusqu'à la " Fin " … L'album évoque la lointaine Asie ou le proche Maghreb tout en sonnant très Celte. Imaginez vous au restaurant chinois du coin en train de manger une tagine tout en sirotant un Irish Coffee. La scène vous semble cocasse ? C'est pourtant l'impression qui ressort de l'opus. Mieux que quiconque, Engel vous transporte avec finesse et délicatesse d'un continent à l'autre à la vitesse du son. Il faut être particulièrement borné pour ne pas succomber à cette avalanche calculée d'instruments originaux posés avec parcimonie les uns à la suite des autres dans une succession qui ne présente aucune faute de goût. Engel mélange rock angélique et incursions ethniques pour le plus grand bonheur de son public. Avec la classe innée qui sied au personnage, il dédie chacun de ses morceaux à une personne qui lui est chère, prouvant par-là même que talent et respect d'autrui peuvent faire bon ménage … Du grand art qui ne ferait pas pâle figure aux côtés des œuvres des plus grands compositeurs classiques ! Quand on se prénomme par Michel Ange, comment ne pas être artiste ?

Fred DELFORGE - 10 Janvier 2003