Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow LE BUIS BLUES FESTIVAL 2022 (2/2)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LE BUIS BLUES FESTIVAL 2022 (2/2) pdf print E-mail
Ecrit par Alain Hiot  
mercredi, 31 août 2022
 

LE BUIS BLUES FESTIVAL 2022 (2/2)
BREUILAUFA - SAINT JOUVENT - NANTIAT - LE BUIS (87)
Du 17 au 20 août 2022

https://www.lebuisbluesfestival.com/
https://www.facebook.com/ROCK-the-Cavern-109883613986995
https://www.stevemarriner.com/
https://linktr.ee/dedepriest.johnnyclark
https://www.ghaliavolt.com/
https://www.dynamitebluesband.com/
http://acontrablues.com/?lang=fr
https://www.yaelledphotographies.com/
https://www.bluesmagazine.net/CMS/


Retrouvez toutes les photos d'Alain Hiot sur https://alain-hiot.com/

Vendredi 19 août :

Direction Nantiat en ce début d'après-midi pour le traditionnel spectacle pour les enfants, un incontournable du BBF. C'est Cyril Maguy, accompagné de ses deux comparses Caryl Marolleau et Antoine Delavaud, qui est venu présenter Rock The Cavern, le premier groupe Rock de tous les temps. Et comme d'habitude il n'a pas fallu plus de trois minutes pour que les enfants soient à fond dans l'histoire car Cyril a vraiment le don exceptionnel de capter instantanément l'attention des gamins ! Et lorsque je parle des enfants je peux dire que les parents et les animateurs du centre de loisirs n'étaient pas en reste pour partir, eux aussi, à la chasse au Mammouth ! Des costumes et un répertoire géniaux ont fait le régal des petits et des grands, et l'on attend à présent avec impatience le prochain opus. Selon une indiscrétion il semblerait que le trio projette un petit voyage du côté du Far-West, mais chut... !

Retour sur la place de l'église du Buis pour les deux dernières soirées avec, pour commencer, une petite péripétie qui va alimenter encore un peu plus la légende du BBF. Avant l'ouverture au public, un orage est venu s'inviter pendant un petit quart d'heure, occasionnant ainsi le tout premier retard en seize ans dans l'ouverture des concerts ! Mais cela a également confirmé le fait incontestable que la pluie cesse immédiatement de tomber sur le BBF dès que les musiciens montent sur scène, et je reste persuadé que Laurent Bourdier doit posséder un ancien grimoire de sorcellerie pour passer à côté des gouttes comme cela tous les ans ! Côté musique, il était l'un des deux guitaristes des Monkey Junk sur cette même scène en 2014, et c'est en solo cette fois-ci que Steve Marriner est revenu pour ouvrir cette troisième soirée. Une guitare et un harmonica, il n'en fallait pas plus au Canadien pour embarquer le public avec lui jusqu'aux racines du Blues. Il faut dire qu'en plus d'être un super musicien le bonhomme est doté d'une voix magistrale, d'un charisme incroyable et d'une gentillesse hors normes, et c'est un tonnerre d'applaudissements qu'il va recevoir après chaque titre ! On le retrouvera également en fin de soirée pour taper le bœuf dans la grange, autre lieu emblématique du BBF.

C'est une autre déclinaison du Blues qui nous était ensuite proposée avec Dede Priest & Johnny Clark's Outlaws. Aussi à l'aise avec sa Gibson SG qu'avec son violon Dede nous a fait voyager entre Amérique et Irlande, en fonction de l'instrument adopté pour le titre, avec une voix envoûtante appuyée par une base rythmique sans faille et accompagnée par la voix de Johnny Clark qui prendra également quelquefois le chant lead. Des titres lents et d'autres bien enlevés et nous avions là une palette finalement assez étendue, mon seul petit regret étant le visuel très statique car on aurait aimé voir Dede venir sur le devant de la scène pour ses chorus de violon.

Mais ce n'était pas terminée, loin de là, car comme indiqué un peu plus haut dans ce report en fin de soirée ça jamme sec dans la grange, haut lieu du Off du festival. On y a retrouvé quelques habitués et animateurs musicaux chevronnés mais également Steve Marriner, le tout sous la houlette de notre Titi national, Maurice Sacoche de son nom d'artiste, et ce sera exactement la même chose le lendemain avec les musiciens du Dynamite Blues Band. Il y en a vraiment pour tout le monde sur le BBF et c'est sans doute aussi pour ça que le public y répond présent à chaque fois.

Samedi 20 août :

Après le traditionnel repas du midi en commun, petit retour dans la grange avec les expos des collages de Domi Toti et les photos de Yaelle D. ainsi que le stand de nos amis de Blues Magazine et l'animation "Jeu de peindre", les instruments étant pour le moment au calme avant la tempête des jams du soir.

Si elle se produit régulièrement accompagnée d'un groupe, c'est en One Woman Band que nous avons eu l'immense plaisir de voir et entendre la géniale Ghalia Volt en ouverture de cette ultime soirée. Et elle a eu beau être seule sur scène ça a déménagé comme dix ! Il y a comme ça des artistes qui ont le don de se mettre le public en poche dès les premières notes, à l'image de Ronan, Sofie Reed ou encore Philippe Ménard pour ne citer qu'eux. « Shake Baby Shake » ont repris allègrement les spectateurs en chœur avec Ghalia pour clore sa prestation avant le rappel , « Esperitu Papàgo », et décidément avec une telle entame ça sent la poudre et il flotte un parfum de concerts d'exception ce soir au Buis !

Les Hollandais de Dynamite Blues Band vont de suite confirmer le constat de soirée exceptionnelle en plaçant la barre haut et même très haut !  Avec un frontman bondissant au chant et à l'harmonica, le groupe va nous emmener dans les hautes sphères du plaisir musical dont on ne redescendra plus avant la dernière note du dernier concert. Si l'on a eu quelques titres plus lents, il faut tout de même admettre que c'est le bon vieux Rock qui a dominé cette prestation et qu'est ce que c'était bon !  En même temps gagner le challenge Blues Néerlandais et décrocher la troisième place du challenge Européen en 2018 vous donne une petite idée de la qualité de ces quatre lascars ! Encore une belle découverte pour pas mal de monde ce soir, dont moi, à mettre au crédit de cette programmation toujours pleine de surprises du BBF.

Et que dire du dernier concert de ce soir ? En fait les mots me manquent pour exprimer de façon précise ce que à quoi l'on a assisté ce samedi soir au Buis. C'est sans aucun doute l'une des prestations les plus incroyables à laquelle on a pu assister sur cette scène, peut-être même plus fort encore que Thorbjorn Risager qui avait pourtant mis le feu en 2015. Les Espagnols d'A Contra Blues sont définitivement entrés dans le cercle des concerts d'anthologie du BBF, et le public n'est pas prêt d'oublier ce qu'ils ont vu et entendu ce samedi 20 août dans un tout petit village du Limousin ! Drôle de challenge à présent pour Laurent Bourdier pour dénicher encore plus fort que cette soirée de clôture exceptionnelle !

En conclusion cette seizième édition aura tenu toutes ses promesses avec des artistes qui se sont donnés à fond pour nous, et le même plaisir total à y revenir d'année en année. Comme toujours rappelons que sans les bénévoles (220 cette année sur ces quatre jours) aucun festival n'est possible, que sans les techniciens aucun festival n'est possible, et que sans le public aucun festival ne peut survivre. Alors rendez-vous du 16 au 19 août 2023 ici même car nous, assurément, nous y serons !  

Alain Hiot – aout 2022