Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow HORZINES STARA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

HORZINES STARA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 22 mai 2022
 

Bords de terre – Dubhe
(Vlad Productions – InOuïe Distribution – 2022)  
Durée 64’40 – 13 Titres

https://www.facebook.com/HorzinesStara/  

Quand quatre artistes se réunissent pour proposer des polyphonies dans lesquelles les couleurs d’Europe de l’Est se laissent rattraper par des influences venues de la pop, du hip hop ou encore du rock progressif et psychédélique, cela donne parfois des groupes comme Horzines Stara, un quartet bas-normand des environs de Caen où se pressent quatre jeunes femmes, Miléna Martin au violoncelle, Elise Pastor aux percussions, Marceline Malnoë à l’accordéon et Laura Zanetti à la guitare, chacune prenant une part équivalente pour donner naissance à des harmonies vocales de toute beauté. Polyphonies et instrumentations acoustiques sont donc les caractéristiques principales d’une formation qui nous présente aujourd’hui « Bords de Terre – Dubhe », un album qui trouve son nom autour de deux images fortes, la première évoquant cette plage de sable qui symbolise la frontière naturelle, celle qui s’offre à toutes les formes de franchissements migratoires, tandis que la seconde en réfère à une constellation du même nom, symbole de l’immensité, de l’univers dans son ensemble … De ces deux symboles réunis, Horzines Stara a fait le pari de tirer un album de musique dans lequel le beau et le vrai se rejoignent autour de textes forts que les quatre voix subliment et portent vers des sommets difficilement imaginables … L’Est et l’Ouest se rejoignent insidieusement, l’Orient se permet d’aller tutoyer l’Occident, et si l’on remarque des influences rappelant Khadja Bonnet ou Fatoumata Diawara, c’est toujours vers des accents très personnels et furieusement originaux que nous entraine le quartet, déposant au gré de ses errances des pièces comme « Hague », « Oshoï », « La tête à l’envers », « La ville à l’aube », « Cosmos » ou encore « Tchélobé », des créations que l’on pourra découvrir au format digital fin mai puis dans les bacs à compter du 17 juin, mais aussi en live sur la scène du Studio de L’Ermitage le 30 juin. Un trait de jazz et de fusion avec une touche non négligeable de world au sens large du terme, les amateurs exigeants apprécieront forcément !