Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LES FILS CANOUCHE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LES FILS CANOUCHE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 26 avril 2022
 

Nagori
(Vlad Productions – InOuïe Distribution – 2022)  
Durée 45’21 – 9 Titres

https://www.lesfilscanouche.com

Formation angevine explorant à sa manière un jazz manouche au spectre particulièrement large, Les Fils Canouche ont donné plus de sept centaines de concerts au cours de leur seize années d’existence et de Jazz à Vienne jusqu’aux Rendez-vous de l’Erdre en passant par le Shetlandfolk festival en Ecosse ou le BuskerBern en Suisse, c’est à chaque fois avec autant de talent et de spontanéité que Samuel Thézé aux clarinettes, Xavier Margogne aux guitares, Stéphane Cozic  à la contrebasse et Maryll Abbas et Rodrigue Fernandes aux accordéons se sont mis le public dans une poche suffisamment grande pour accueillir plusieurs générations de spectateurs. Habitué des grands écarts artistiques, le groupe s’est régulièrement aventuré du côté de la world music et des musiques latines et c’est cette fois vers les sonorités orientales et tziganes que Les Fils Canouche vont se diriger pour un sixième album sur lequel ils accueillent des guests comme Mohamed Abozekry et Hussam Aliwat à l’oud et enfin Minino Garay et Javier Estrella aux percussions. Mis en boite à Paris en pleine crise sanitaire, « Nagori » ne lésine pas une fois encore sur la mixité des genres et sur la fusion des influences, bousculant quelque peu les codes séculaires des musiques du monde pour laisser de la place à l’improvisation et à une approche jazz qui ne manque jamais d’être à l’heure au rendez-vous sur des morceaux comme « Cocodrilo Y Pajáro », « Cervidé », « Dolce Lamentação » ou encore « Songe et cauchemar », des pièces instrumentales très ingénieusement proposées sur fond d’un artwork élégant emprunté à la peintre sud-coréenne Hyang-Hi Kim aujourd’hui installée en Bretagne. Toujours à la pointe de l’art pour ce qui est de surprendre et d’envouter l’auditeur, Les Fils Canouche signent là une nouvelle création que l’on découvrira en digital dès la fin avril, dans les bacs durant la deuxième quinzaine de mai et enfin sur la scène su Studio de L’Ermitage le 16 juin pour un concert de lancement exceptionnel. Notez soigneusement la date !