Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DANIEL JEA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DANIEL JEA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 12 septembre 2021
 

En suspens
(Siparka Productions – InOuïe Distribution – 2021)  
Durée 30’12 – 9 Titres

https://www.danieljea.com

Bien connu sur la scène française pour avoir accompagné depuis deux décennies des artistes comme Françoise Hardy, Damien Saez ou La Grande Sophie, Daniel Jea est guitariste mais aussi chanteur et construit en parallèle de ses activités avec les autres une carrière personnelle qui se traduit aujourd’hui par la sortie d’une quatrième album, le second volet d’un triptyque commencé avec « A l’instinct à l’instant ». Acclamé par la presse lors de sa sortie à l’été 2020, l’ouvrage avait réussi à se frayer une place dans les playlists et c’est en surfant sur la vague qu’il a lui-même levée que Daniel Jea confirme avec « En suspens », un concept album enregistré au Studio Midilive par Stéphane Prin avec France Cartigny aux synthés et aux percus et Emilie Rambaud à la batterie. Construisant son effort autour de la crise sanitaire qui nous accable depuis 2020, l’artiste nous dévoile sa propre vision de la verticalité des pouvoirs et choix imposés par nos gouvernants, leur reprochant un manque de concertation et de discernement et au moins autant de dérives, le tout sur fond de riffs tantôt calmes, tantôt plus pêchus, et d’harmonies vocales souvent très réussies. Si le thème de l’album confortera une partie de la population dans sa vision des choses, l’autre moitié s’en détournera quelque peu et c’est finalement avec un ouvrage assez bien équilibré, voire même parfois trop bien équilibré, que Daniel Jea ménage la chèvre et le chou, envoyant des textes qui se veulent incisifs mais qui se retrouvent parfois masqués par des seconds degrés et proposant au bout de la route un ouvrage qui n’est jamais totalement chaud, mais jamais totalement froid non plus. Droit dans ses bottes et bien au sec dans son costume de rebelle qui regarde bruler des berlines de luxe dans les beaux quartiers, Daniel Jea nous livre en fin de compte un album de belle facture avec des morceaux comme « Avance », « Tombe », « Tu peux » ou « Après » sur lesquels on inscrira forcément la mention « explicit lyrics » mais absolument pas « révolutionnaire assoiffé de sang ». A découvrir à partir du 24 septembre !