Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SUPERDOWNHOME

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SUPERDOWNHOME pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 31 mars 2021
 

No balls, no blues chips    
(Dixiefrog – PIAS – 2021)  
Durée 40’13 – 12 Titres

https://www.superdownhome.it/
https://dixiefrog.com/
      
Duo transalpin formé en 2016, Superdownhome a rapidement fait son trou sur la scène blues roots européenne grâce à une musique qui fleure bon les traditions rurales du Mississippi à laquelle le groupe ajoute des colorations venues du rock, du folk, de la country et même du punk, Beppe Facchetti et Enrique Sauda revendiquant comme influences majeures Seasick Steve et Scott H. Biram. Qu’il soit le fait de la cigar box ou celui du diddley bow, le son Superdownhome se veut toujours gras et incisif, les deux complices tutoyant les saturations avec une réelle ingéniosité et proposant avec beaucoup de savoir-faire des riffs très accrocheurs, au point qu’ils ont réussi à attirer l’attention de Popa Chubby pour lequel ils ouvraient en Italie 2018 après que ce dernier soit apparu sur « Twenty-Four Days », leur EP publié en 2017. Mais là ne s’arrête pas la liste des collaborations puisque c’est Charlie Musselwhite qui posait ensuite ses harmonicas sur deux titres de l’album « Get My Demon Straight » enregistré en 2019 avec le colosse new-yorkais à la production mais aussi Brian Lucey au mastering. Suivront enfin une tournée avec Fantastic Negrito et une participation à l’International Blues Challenge en 2019, puis un nouvel album, « Blues Case Scenario », sur lequel on remarque la participation de Dennis Greaves et Mark Feltham de Nine Below Zero, autant de bonnes raisons pour que le label frenchy Dixiefrog se penche sérieusement sur le potentiel du duo et qu’il propose une compilation rassemblant douze titres qui ont aidé le groupe à se construire une réputation ! « No Balls, No Blues Chips » est le résultat de cette alliance franco-italienne et on pourra enfin s’y régaler de classiques comme « Stop Breaking Down », « Hoochie Coochie Man » ou encore « Down In Mississippi » mais aussi de craqueries comme « Homework », « Booze Is My Self-Control Device », « Kick Out The Jams » et autres « Booze Bloodhound », le tout avec le son qui va bien et l’énergie qui invite vraiment à en découvrir plus en live. Pas toujours simple à se procurer à l’international, le back catalogue de Superdownhome sera donc disponible au niveau mondial à partir du 23 avril et c’est une bonne nouvelle pour le groupe bien entendu, qui va avoir l’opportunité d’élargir son champ d’action, mais aussi pour le public qui va pouvoir prendre toute la mesure du talent de ces deux artistes auxquels rien ne manque, que ce soit au niveau du jeu, du chant, ou encore de l’énergie dépensée pour que le rendu soit irréprochable. Un must !