Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow CURTIS SALGADO

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CURTIS SALGADO pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 16 février 2021
 

Damage control
(Alligator Records – 2020)  
Durée 51’27 – 13 Titres

https://www.curtissalgado.com/
          
Curtis Salgado n’est pas de ces artistes qui se contentent de simplicité, loin de là, et après pas moins de dix albums personnels qui lui ont rapporté neuf Blues Music Awards, celui que l’on présente habituellement comme une icône du blues doté d’une voix colossale revient dans les bacs après quatre années sans avoir livré d’album en configuration classique, « Rough Cut » paru en 2018 étant pour sa part un ouvrage acoustique enregistré en compagnie de son vieux complice Alan Hager. Durant ses quatre décennies de carrière, Salgado aura accompagné Robert Cray et Carlos Santana, occupé le rôle principal de Roomful Of Blues et participé à la naissance des Blues Brothers, mais aura aussi connu quelques gros pépins de santé, ce qui ne l’empêche pas de revenir aujourd’hui avec « Damage Control », un album qu’il taxe lui-même de « disque de rock’n’roll avec des chansons qui cognent » ! Accompagné par le gratin de la scène blues où l’on remarque entre autres Kid Andersen, George Marinelli, Alan Hager, Johnny Lee Schell et Dave Gross aux guitares, Jerry Jemmott, Tommy McDonald et Mark Winchester à la basse, Mike Finnigan à l’orgue, Kevin McKendree, Jim Pugh et Jackie Miclau au piano ou encore Kevin Hayes, Jack Bruno et Tony Braunagel à la batterie, le chanteur et harmoniciste accueille à l’occasion des saxophoniste et des chœurs pour nous délivrer une douzaine de pièces originales mais aussi une relecture du fameux « Slow Down » de Larry Williams déjà reprise en 1964 par les Beatles. Abordant des sujets forts pour proposer des chansons qui restent longtemps en mémoire, Curtis Salgado a su tirer profit des trois studios où il a enregistré ce nouvel opus mais aussi des trois formations qui l’ont accompagné pour en arriver à un résultat à la fois changeant et homogène, un ouvrage où il est parfois question d’histoires sordides ou carrément de crimes mais où la voix de l’artiste est à chaque fois un véritable trésor dont l’auditeur ne peut que se délecter au fur et à mesure que se succèdent des titres comme « The Longer That I Live », « You're Going To Miss My Sorry Ass », « Always Say I Love You (At The End Of Your Goodbyes) », « Hail Mighty Caesar », « Oh For The Cry Eye » ou encore « The Fix Is In ». Des musiciens exceptionnels pour un album qui forcément ne l’est pas moins … A découvrir dans les bacs dès le 26 février !