Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow KING KONG BLUES

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

KING KONG BLUES pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 04 janvier 2021
 

Bam Bam
(Le Passage – 2020)  
Durée 36’22 – 12 Titres

https://king-kong-blues.le-label-pas-sage.fr/

En cinq années d’existence, ce trio bordelais s’est fendu de plus de deux centaines de concerts et de plusieurs tournée en Espagne, au Portugal, en Belgique et aux Pays Bas, s’offrant au passage des premières parties pour Les Wampas et autres Fleshtones et finissant toujours par convaincre le public à grands coups de riffs assassins et de titres découpés à l’emporte-pièce. Après un premier album dévastateur sorti en 2018, « Make Rock’n’Roll Great Again », King Kong Blues a décidé de finir l’année 2020 sur une note positive en accouchant de « Bam Bam », un second opus chaud patate produit par Martin Guevara de Capsula. Partagés entre des influences classiques et des élans novateurs, Gino au chant et aux guitares, Alex à la guitare et Gilou à la batterie s’efforcent de laisser le blues, le rock et se punk rock se tutoyer et créer une sorte d’osmose parfaite dans laquelle le Français, l’Espagnol et l’Anglais se mettent au service compositions bien senties mais aussi de reprises et d’adaptations comme le sempiternel « Got My Mojo Working » mais aussi « Rumble In The Jungle », dont le texte est emprunté à Muhammad Ali. A la croisée des chemins entre Chuck Berry, Johnny Burnette, Howlin’ Wolf et les Clash, King Kong Blues nous la joue grand seigneur et nous envoie à la va comme j’te pousse des bombes à retardement comme « Les Filles », « Gato Negro », « Raymond la Science », « Trahison Man » ou encore « We Are Nothing », un titre où Martin Guevara prend le chant lead. On y ajoute « Bam Bam », un tittle track puncheur en diable, en bien entendu « King Kong Blues », l’hymne éponyme dont le trio méritait vraiment de se doter, et on obtient THE rondelle qui remet les pendules à l’heure et qui fait du bien à une scène rock française qui n’en attendait pas moins. La délicatesse d’un Mirage 2000 qui passe le mur du son, mais avec l’élégance en plus !