Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow YVES MARIE BELLOT

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

YVES MARIE BELLOT pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 10 novembre 2020
 

Grand plongeoir
(Vibrations sur le Fil – InOuïes Distribution – 2020)  
Durée 29’51 – 11 Titres

http://www.yvesmariebellot.fr

Il est issu d’une formation classique et s’est essayé à la pop, au rock et même au trip hop avant de se lancer en solo en 2017 avec un premier album, « Maladroits Ordinaires », qui lui a durablement mis le pied à l’étrier. Et finalement, après trois années passées à se réinventer et à imaginer une suite, c’est avec « Grand Plongeoir » qu’Yves Marie Bellot revient vers le public, plus motivé que jamais et surtout bien décidé à nous proposer une chanson française qui sort de l’ordinaire avec ses arrangements subtils et ses mots élégants. Au chant, à la guitare et au piano, le songwriter s’est fait accompagner par Pierre-Alain Durand aux guitares électriques, Bastien Boudel à la basse et Maxime Frain à la batterie et a invité des cuivres et des vents mais aussi des cordes et des chœurs pour rendre son second effort encore plus irrésistible. Les références sont multiples avec quelques cachets qui semblent empruntés à Neil Young, à Yves Simon ou encore à Dominique A, et c’est de sa voix élégante que l’artiste nous emmène sur les traces de « L’abonnée absente » pour mieux nous parler de « L’horloge qui s’arrête », des « Sémaphores » ou encore des « Tambours » et nous raconter « L’âme et la vertu » et « Le Candide au grand cœur » vus « De la place du conducteur ». On se laisse directement envahir par les émotions omniprésentes qui se dégagent de cette demi-heure de sensibilité et de sincérité et si l’on apprécie invariablement un chant toujours très intelligemment proposé, on ne peut que se sentir encore plus comblé à l’écoute du duo avec Claire Salval sur « Aérien ». Les légères touches de cuivre posées çà et là sont un véritable bonheur et c’est la somme de tous les petits détails apportés à « Grand Plongeoir » qui finissent par rendre l’album encore plus intéressant et par faire d’Yves Marie Bellot un artiste sur lequel il faudra compter dans les années à venir. De la chanson française comme on aimerait en entendre plus souvent !