Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DUSTIN ARBUCKLE AND THE DAMNATIONS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DUSTIN ARBUCKLE AND THE DAMNATIONS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 05 octobre 2020
 

My getaway
(Autoproduction – 2020)  
Durée 47’55 – 11 Titres

http://www.dustinarbuckledamnations.com

Après pas moins de quinze années passées sur les routes avec le duo sauvage de blues et de rock Moreland & Arbuckle, le chanteur et harmoniciste Dustin Arbuckle a décidé de passer à autre chose et de se produire en compagnie de son propre groupe, The Damnations, avec lequel il met à mal tous les pronostics de ceux qui aiment coller des étiquettes sur la musique puisqu’ils vont aussi bien aller faire un tour du côté du blues que du côté de l’Americana, du folk ou même d’un rock à l’ancienne qui déménage. Brandon Hudspeth aux guitares, Dr. Mark Foley à la basse et Kendall Newby à la batterie complètent le groupe, avec toutefois l’intervention de Caleb Drummond à la basse sur trois titres, et c’est en se faisant véritablement plaisir que Dustin Arbuckle And The Damnations laissent libre cours à leur envies les plus folles, à leurs élucubrations les plus réjouissantes, envoyant sans aucune retenue et à grand renfort d’amplis vintage et de micros qui ne le sont pas moins des sons à la fois lourds, poisseux, rugueux même parfois, des déferlantes musicales qui nous emmènent faire un grand tour du côté des Hills, quand ce n’est pas dans les bayous ou encore dans les vastes plaines agricoles, voire même sur les plages de Californie pour un peu de surf rock. Sur fond de riffs improbables, de slides déjantés et de grandes envolées d’harmonicas, cette bande de doux dingues va nous régaler mais aussi nous surprendre avec des pièces comme « Say My Name », « Daniel Fought A Lion », « Dealer’s Lament » « Darlin’ Dear » ou encore « Friday Evenin’ », mais aussi avec le tittle track, « My Getaway », emprunté à l’harmoniciste Lee McBee, disparu en 2014, pour finir de nous mettre à genou avec « Swingling », l’ultime titre jazzy en diable sur lequel l’harmonica joue les invités de luxe. Un pied dans la marge de la production blues actuelle, ce premier effort de Dustin Arbuckle And The Damnations pose les bases d’un projet qui n’a pas fini de bousculer nos habitudes. Excellent idée !