Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE OLD RAMBLERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE OLD RAMBLERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 11 septembre 2020
 

Find me on the road somewhere
(Bone Union Records – 2020)  
Durée 32’31 – 11 Titres

https://www.facebook.com/theoldramblers
 
Groupe formé à Izmir en 2016, The Old Ramblers interprète avec beaucoup de maitrise et de savoir-faire le blues rural d’avant-guerre mais aussi les standards du blues urbain d’après-guerre, le gospel, les spirituals, les worksongs, et on en passe. Remarqués récemment avec un premier single, les bluesmen turcs reviennent cette fois avec un véritable album, « Find Me On The Road Somewhere », dans lequel Sarp Keskiner au chant, guitares électriques et percussions, Türker Özer aux guitares acoustiques et Orhun Keskinbiçak aux harmonicas s’efforcent de nous entrainer vers un répertoire riche et élargi où l’on trouve du blues bien entendu, mais aussi du ragtime et du bluegrass, ce qui ne fait que rendre les choses encore plus intéressantes. Porté par le label Bone Union Records fondé lui aussi à Izmir en juin dernier, The Old Ramblers ont opéré un rapprochement avec le label néerlandais Black And Tan, une opportunité supplémentaire de faire voyager leur musique et de s’ouvrir en grand vers des arrangements où le dub et l’expérimental s’invite à la table des festivités pour rendre des titres comme « Bourgeois Blues », « Goog Morning Little Schoolgirl », « Shame Shame Shame », « Take This Hammer », « Traveling Railroad Man » et autres « Whoa Buck Back » encore plus croustillants mais aussi et surtout bien plus savoureux. Traditionnel jusqu’au bout des doigts mais en même temps audacieux et innovant, le blues des Turcs de The Old Ramblers est un véritable plaidoyer pour l’ouverture des frontières bien entendu, mais aussi pour celle des esprits et des cultures, et la grosse trentaine de minutes que dure « Find Me On The Road Somewhere » nous entraine autant dans les recoins les plus perdus du Delta et des Hills que sur les routes d’Anatolie ou même d’Europe. Sautez dans le train en marche et partez à la rencontre d’un groupe qui se démène pour mettre de l’originalité dans les traditions !