Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow BLIND LEMON PLEDGE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

BLIND LEMON PLEDGE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 15 juin 2020
 

Goin’ home
(Blind Raccoon – 2020)  
Durée 43’39 – 12 Titres

http://www.blindlemon-pledge.com

Artiste complet de la Bay Area, James Byfield est connu à la scène sous le nom de Blind Lemon Pledge et est unanimement salué pour son talent pour tout ce qui est lié aux musiques américaines, que ce soit le blues et le rock’n’roll bien entendu, mais aussi le cajun, la country et même le jazz puisque son dernier effort en date, « After Hours », était intégralement dédié à ce style musical. Arrivé sur la scène roots américaine au terme de sa carrière de graphiste et de producteur, le chanteur et guitariste réjouit le public depuis une douzaine d’années sous son propre nom et c’est accompagné du bassiste Peter Grenell qu’il est revenu pour le début le printemps avec en poche un nouvel album dans lequel il reprend pas moins de dix classiques mais où il se fend également de deux compositions directement inspirées de certains de ces morceaux immortels. Véritable bain bouillonnant dans lequel on retrouve nombre des influences de Blind Lemon Pledge, « Goin’ Home » s’offre un grand tour dans le répertoire de musiciens comme Muddy Waters, J.J. Cale, Lonnie Johnson, Fenton Robinson et Robert Johnson mais se perd également à l’occasion du côté des traditionnels pour nous livrer au bout du compte des pépites comme « I Feel Like Going Home », « Fever », « Crazy Mama », « Big Road Blues », « Love In Vain » ou encore « I Know You Rider » mais aussi deux originaux de toute beauté, « Sugar Rush » et « Sweet Celine ». Navigant à vue auprès des rives du Mississippi mais se promenant aussi à l’occasion à l’intérieur des terres et du Delta, Blind Lemon Pledge en profite pour rendre un superbe hommage à tous les grands maitres du genre, ceux sans qui le blues n’aurait pas la même saveur, et c’est a capella avec l’épatant « Little Black Train » que Byfield et Grenell terminent l’ouvrage par un worksong aux harmonies vocales particulièrement recherchées. Les amateurs de blues roots vont se régaler, c’est certain !