Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

NO PLACE FOR SOUL pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
Saturday, 01 February 2003
 

[ lire leur Chronique ] [ Lire le compte rendu de concert ]

No Place For Soul de passage en Région Parisienne, c'est un événement à ne pas manquer tant les Brestois se font rare par chez nous … Après avoir assisté à leur balance, et avoir eu la chance d'entendre " Massoud l'Afghan " tourner pour la première fois de la journée, nous nous retrouvions tous ensemble dans leur loge du CAC Georges Brassens de Mantes la Jolie autour de quelques bières pour une petite causerie débridée dans une ambiance bon enfant …

Bonjour. Vous jouez ici pour la deuxième fois en tout juste deux ans … Vous êtes tombés amoureux de la salle ou du public ?
Max : Ben plutôt de l'organisateur en fait puisque c'est lui qui nous programme pour la deuxième fois … Alors après, je ne sais pas si c'est suite à une demande du public ou tout simplement parce que ça lui a plu la dernière fois. Nous ça nous avait bien plu, ça s'était très bien passé. La seule chose qui est dommage, c'est qu'il y ait un limiteur dans la salle ! S'il y a un petit hic, ce sera ça …

Plus sérieusement, vous venez de Bretagne et vous avez réussi à faire la conquête de l'Ouest … Vous attaquez l'Est bientôt ?
Max : Tranquillement parce qu'il n'y a pas beaucoup de dates dans l'Est pour le moment … Alors en attendant, on continue sur l'Ouest en élargissant notre champ d'action vers le Sud et le Centre. L'Est, ça sera pour plus tard …

NPFS est très original dans sa manière de faire de la musique … On y retrouve des influences punk, hardcore, métal mais aussi techno. C'est le mélange des genres ou le mélange des générations ?
Jam : Chez nous c'est les deux, indiscutablement …
Max : Oui, c'est clair ! Mélange des genres parce qu'on vient de milieux sociaux différents, qu'on écoute des musiques différentes, qu'on n'a pas le même age … C'est vraiment un gros mélange en fait.

Sur " Full Global Racket ", vous avez un titre qui s'appelle " Massoud l'Afghan ". Vous l'aviez écrit bien avant que Massoud ne se fasse assassiner et que tout ne s'effondre là bas … Quelque chose vous attire dans ces régions où c'est tout simplement un hommage à un homme que vous respectez ?
Jam : C'est plus pour l'homme parce que les régions, on ne les connaît pas tellement … Mais comment sais tu qu'on l'avait écrite avant sa mort cette chanson ?

C'est un peu mon boulot non ?
Jam : Ouais, effectivement … Donc ça fait quatre ou cinq ans qu'on a écrit cette chanson. Fallait l'écouter Massoud, ça aurait évité tout le bordel qui s'est passé jusqu'à aujourd'hui … Et peut être celui de demain aussi d'ailleurs !

Pourquoi n'avez vous pas fait appel à Axelle Red pour le chanter avec vous ?
Stef : Parce que nos gonzesses n'auraient pas été d'accord …
Jam : Pourquoi, Axelle Red a chanté un truc pour Massoud ?
Stef : Mais non, mais tu sais le truc avec Renaud, " Paris Kaboul " … Ah non, " Manhattan Kaboul " !
Max : " Deux étrangers au bout du monde … " (Rire général)

Ca a l'air de bien se passer avec Enragé Productions … En plus d'être un label, c'est aussi un tourneur et donc tout s'enchaîne pour vous …
Jam : Tranquillement …
Max : C'est vrai qu'après avoir sorti le Cd avec eux, il y a eu des dates assez rapidement …

J'ai vu que ces dates étaient assez dispersées … Vous bossez en parallèle ?
Jam : Ouais, on est obligé, on vivote à côté …
Max : Disons qu'on a accommodé notre vie par rapport à tout le groupe quand même au fil des années … Il n'y a plus personne qui a aujourd'hui un boulot fixe à horaires réguliers.
Jam : Ce qui fait qu'on peut se permettre d'aller un peu partout, jouer un mercredi soit à Trifouilli les Oies par exemple …

Vous avez maintenant un public assez conséquent au point qu'on va rarement à un concert de rock sans croiser un de vos T-Shirts … C'est une satisfaction pour vous ?
Max : Ah oui, carrément ! Je ne sais pas si c'est le visuel qu'ils aiment ou si c'est le groupe aussi, mais c'est clair que c'est une satisfaction quand on se retrouve à Genève et qu'on voit un T-Shirt No Place For Soul dans la salle !
Jam : On est sur le cul !
Stef : Il faut dire qu'ils sont à des prix abordables aussi !
Max : C'est vrai que ça joue aussi, et puis le graphisme n'est pas dégueulasse … Et comme c'est pas très cher en plus, si les gens aiment le truc, ils peuvent se l'acheter.

La scène rock française se porte plutôt bien en ce moment. Ca vous stimule ?
Max : Disons qu'on ne s'en occupe pas trop en fait … On en profite sûrement, ça doit nous permettre d'aller jouer dans certains endroits vu qu'il y a un engouement pour le métal. On sait clairement qu'il y a un public demandeur et qu'il y a moyen de le toucher … J'ai un autre groupe qui fait du punk rock et là on sait très bien qu'à chaque fois qu'on joue, il y a dix personnes et basta !

Etes vous des habitués des concerts ? Vous allez voir quoi en général ?
Max : Ca dépend des personnes mais comme on est à Brest, c'est souvent des petits concerts de MJC parce que les gros groupes ne viennent pas jusque chez nous … Après, chacun a ses groupes préférés pour lesquels il est prêt à mettre un budget pour aller les voir à Paris.
Jam : Moi je n'y vais pas, je n'ai pas le temps …
Max : On va souvent voir les groupes avec lesquels on a joué aussi, comme Second Rate … J'ai vu que Ministry passe à Paris ces jours-ci. J'ai regardé et je me suis dit que si j'avais pu y aller ça aurait été bien mais bon …

Autre chose pour finir ?
Jam : On est fier d'être des chimpanzés bouffeurs de fromage !

Merci !
Max : Merci à toi …

Propos recueillis par Fred Delforge pour Zicazic.com - février 2003