Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DÄTCHA MANDALA

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DÄTCHA MANDALA pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 16 avril 2020
 

Hara
(MRS Sound – L’Autre Distribution – 2020)  
Durée 45’21 – 11 Titres

https://www.facebook.com/datchamandala

Ils ont donné près de six centaines de concerts depuis 2009 et se sont produits dans une douzaine de pays d’Europe mais aussi à New York et à Montréal, réussissant à se faire remarquer par les Insus qui finiront par leur proposer trois de leurs premières parties, dont celle du concert au Stade de France. Considéré comme la relève du rock dans l’hexagone par Louis Bertignac, Dätcha Mandala n’est pas une formation très prolixe côté studio puisque le groupe ne comptait à ce jour qu’un seul véritable album paru en 2017, « Rokh », un état de fait qui est en train de changer puisque forts de quelques sept milliers d’exemplaires écoulés, Nicolas Sauvey au chant, à la basse, à la guitare et aux harmonicas, Jérémy Saigne à la guitare lead et JB Mallet à la batterie reviennent cette année avec « Hara », une petite merveille enregistrée une fois encore par Clive Martin au Studio Black Box à Angers. Tiraillé entre rock, blues et folk, Dätcha Mandala s’efforce de réunir les trois ingrédients principaux sur des morceaux pleins d’influences prestigieuses parfaitement maitrisées et digérées avec un soin tout particulier pour que le résultat soit le plus original et le plus personnel possible. Enclin à se poser des questions sur la santé de notre planète, le trio lance la machine avec le très écologique « Stick It Out » et poursuit la route avec des titres qui nous emmèneront vers un rock brut de décoffrage mais des compositions qui ne sont pas sans faire penser à Queen pour ce qui est de « Morning Song » ou encore à Led Zeppelin pour le très indianisant « Moha ». Le reste de l’album n’est pas moins réussi avec de très belles pièces originales comme « Mother God », « Missing Blues », « Sick Machine » ou encore « On The Road » qui associent la puissance, la délicatesse et la richesse des mélodies. Un album à découvrir impérativement dès sa sortie le 24 avril !