Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE HEADSHAKERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE HEADSHAKERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 21 mars 2020
 

The HeadShakers
(Autoproduction – 2019)  
Durée 61’44 – 12 Titres

http://www.theheadshakers.com

Originaire de Lille, The HeadShakers est une véritable machine à danser, une de ces formations qui a su trouver ses racines dans ce qu’il y a de mieux dans le jazz funk et qui a même choisi son nom en pensant à un de ses modèles absolus, The Headhunters. Une douzaine d’année passées à faire remuer le public avec des couleurs qui vont de James Brown à Sly Stone en passant par Maceo Parker ou encore Frank Zappa et voilà que cette formation à géométrie variable revient avec un nouvel album qui fait la part belle aux cuivres mais qui n’en oublie pas pour autant de monter dans les tours avec des guitares qui défouraillent, et ce n’est rien de le dire. En parfaits maîtres du groove et du son qui fait mouche, The HeadShakers ont forgé leur style mais aussi leur réputation à la scène et après un premier album éponyme remarqué paru en 2015, c’est avec une nouvelle rondelle elle aussi éponyme qu’ils revenaient pour l’automne 2019, un album où l’electro n’est jamais en reste mais où l’on remarque aussi de très belles structures rythmiques qui ne peuvent pas laisser l’auditeur de marbre. On se laissera ainsi porter voire même transporter par des morceaux qui font chaud au cœur et qui donnent des fourmis dans les jambes, des pépites de funk, de soul, de rhythm’n’blues et de heavy funk comme « Finger In The Noise », « Me Myself And I », « The World Will Soon Sound Like This », « Laids Médias » et autres « Funk First » mais aussi des titres où l’on remarque des featurings prestigieux puisque Fred Wesley et Russell Gunn posent respectivement leurs trompettes sur « Architect Of Funk » et « On Green Dolphin Street » tandis que la chanteuse Dréo se place en guest sur deux titres, « Cutry Dance Party » et « I Want You Back ». Du bien beau monde pour un album qui devrait réjouir les amateurs les plus exigeants d’un son directement influencé par ce qui s’est fait de mieux dans le genre mais qui a également su trouver sa propre personnalité. On aime vraiment !