Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow QUINTET BUMBAC

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

QUINTET BUMBAC pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
vendredi, 13 mars 2020
 

Miroirs
(L’Autre Distribution – 2020)  
Durée 58’27 – 16 Titres

http://www.quintetbumbac.com/

Imaginé par David Brossier, musicien et compositeur féru des musiques des Balkans et du Moyen-Orient, le Quintet Bumbac est un ensemble à cordes qui puise ses influences dans le son des tarafs roumains, des ensembles populaires de Bulgarie, de Grèce ou encore de Turquie, et qui s’efforce de mélanger toutes ces influences pour en faire une musique originale et ouverte sur le monde, une musique qui fait fi des frontières pour mieux se montrer universelle. Autour du violon d’amour de David Brossier se rassemblent les violons et altos d’Ariane Cohen-Adad, le violon de Christian Fromentin, le violoncelle de Léonore Grollemund et la contrebasse d’Anita Pardo et c’est en parfaite harmonie que chacun des intervenants va s’efforcer de prendre part à un tout où les tessitures se transcendent, où les harmonies s’entremêlent et où la seule chose qui domine est la beauté des mélodies. Second effort du Quintet Bumbac, « Miroirs » insiste encore un peu plus que son prédécesseur sur le côté mystérieux des créations du groupe, s’attachant à chaque instant à nous emmener vers des contrées inconnues où les boucles musicales et leur côté redondant finissent irrémédiablement de nous enivrer. La beauté des notes se mélange à la mélancolie de l’ensemble, la polyrythmie devient de plus en plus pénétrante et de compositions élaborées en interludes improvisés, les instruments se transforment en autant de voix qui viennent se faire l’écho de titres comme « Joe de inceput », « Radio kürdi », « Rhapsodie roumaine », « Du côté d’Ispahan » ou encore « Fantaisie Bulgare ». De l’élégance naturelle des créations jusqu’à leur côté intemporel, c’est en misant à chaque instant sur le côté déstabilisant de l’ouvrage que David Brossier est parvenu à imaginer quelque chose de tellement inattendu et de tellement original que l’on se sait plus vraiment comment il convient d’appréhender l’ouvrage … A la fois concaves et convexes, ces « Miroirs » n’en finissent plus de nous renvoyer l’image décalée du génie créatif d’un artiste qui a parfaitement su arranger et mettre en valeur le talent de ses complices. Bravo !