Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow TOMÁS DONCKER

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TOMÁS DONCKER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 09 février 2020
 

Moanin’ at midnight
(True Groove Records – Frank Roszak Promotions – 2020)  
Durée 59’19 – 12 Titres

http://tomasdoncker.net/   
          
Connu pour avoir fait ses classes au sein de groupes new-yorkais comme James Chance & The Contortions, Tomás Doncker et un guitariste et chanteur qui accompagné à la scène comme au studio quelques pointures comme Bootsy Collins, Yoko Ono, Madonna, Bonnie Raitt ou encore Shemekia Copeland mais qui est également le fondateur du label True Groove Records. Mais plus encore, quand bien même il passe une bonne partie de son temps à jouer les sidemen de luxe et à produire les albums des autres, plusieurs centaines à ce jour, l’artiste n’en reste pas moins à la tête de son propre groupe, les True Groove All Stars, où l’on remarque Nick Rolfe aux claviers, James Dellatacoma aux guitares, Josh David à la basse et Artur Uronen aux steel guitars mais aussi Damon Duewhite, Mike Faulkner et David Barnes à la batterie. Très attiré par la musique de Howlin’ Wolf, Tomás Doncker avait déjà proposé en 2014 un ouvrage appelé « Moanin’ At Midnight – The Howlin’ Wolf Project », un titre qu’il réutilise mot pour mot cette année pour confirmer son hommage au blues de Willie Dixon au travers de onze reprises de l’artiste, essentiellement les mêmes que la dernière fois, mais aussi d’une composition, « Shook Down ». On repart forcément sur des classiques parmi les classiques comme « Evil », « Killing Floor », « Back Door Man », « Spoonful », « Little Red Rooster », « It Ain’t Supersticious » et autres « Smokestack Lightning » interprétés dans des versions à la fois vives, sauvages et urgentes, mais on se prend également quelques-unes de ces bombes à retardement dans des interprétations en public, un terrain de jeu sur lequel Tomás Doncker & The True Groove All Stars ne s’en laissent pas conter, prenant l’assistance à bras le corps et la faisant plier sous le poids d’une musique jouée avec talent, ferveur et feeling. La voix est un régal, la guitare n’en est pas moins un, et quand bien même l’album n’apporte pas grand-chose de plus à la grandeur de l’œuvre de Willie Dixon, au moins a-t-il le mérite de proposer quelque chose d’extrêmement bien fait que tout amateur de blues appréciera, c’est certain ! Une heure de bon blues en bonne compagnie, ça ne se refuse pas …