Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow VALENTIN VANDER

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

VALENTIN VANDER pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 08 février 2020
 

Mon étrangère
(Hé Ouais Mec – Modulor – 2020)  
Durée 33’47 – 10 Titres

http://www.valentinvander.com   
          
Il a grandi dans une famille de musiciens et a acquis à leurs côtés les bons réflexes, ceux qui permettent de devenir un brillant songwriter doublé d’un interprète de talent, autant de caractéristiques que l’on remarque au premier coup d’œil chez Valentin Vander qui avait déjà fait un bel effet auprès de la profession lors de la sortie de son premier album en 2015, « L’audace ou la timidité ». Resté bien au chaud dans sa zone de confort où la chanson pop lui ouvre les bras en grand, l’artiste revient cette année avec « Mon étrangère », un ouvrage dans lequel il a toutefois cherché à faire évoluer son style et son terrain de jeu. Fidèle à son groove et à sa démarche que l’on taxe habituellement de chanson swing, Valentin Vander va cette fois laisser entrer une grand part de mélodie dans des compositions qui du même coup vont évoluer vers d’autres sphères, plus vastes, plus ouvertes … Les émotions se font changeantes, plus étendues, et si l’on marche de temps à autres de manière plus ou moins évidente dans les pas de Michel Berger , ce n’est pas uniquement le fait des motifs de piano qui habillent régulièrement des morceaux comme « Les vieux qui s’aiment encore ». Graves ou plus légers, mélancoliques ou empreints de seconds degrés, des titres comme « La femme de ma vie », « Il se peut », « L’écho du bonheur » ou encore « Verlaine » n’en finissent plus d’installer des nuances chaleureuses dans un paysage musical qui en devient encore plus attirant et encore plus convivial grâce à « Mon étrangère », un ouvrage qui nous réservera encore un superbe duo avec Léopoldine HH sur « L’hirondelle » pour mieux finir d’imposer Valentin Vander comme un des futurs grande de la chanson avec un grand C. Dans les bacs à partir du 14 février, sur les planches du Café de la Danse le 28 du même mois, il faudra s’y faire, l’année 2020 sera Vander ou ne sera pas !