Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow SAYAG JAZZ MACHINE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

SAYAG JAZZ MACHINE pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 04 février 2020
 

Quantic jumping
(10H10 – Sony Music Entertainment – 2019)  
Durée 58’52 – 12 Titres  

https://www.facebook.com/sayagjazzmachine/
 
Remarquée en 2001 à la sortie de son premier album, Sayag Jazz Machine est une formation atypique qui s’efforce de surprendre son monde en proposant une musique electro-jazz qui mélange les samples, les instruments traditionnels et les créations vidéo … Et force est de constater que ça fonctionne plutôt bien puisque en deux décennies, le groupe a donné huit centaines de concerts, joué dans les plus grands festivals de France, et s’est produit dans toute l’Europe et même au Mexique. 2020 signe donc le retour vers les bacs de Chris Vermand aux machines, Niko Scheid aux vents, Charly Amadou Sy aux scratches, Charles Kieny aux accordéons et aux synthés et Edash Quata aux voix avec un quatrième album, synonyme de nouvelles tournées et de nouveaux concerts. « Quantic Jumping » a fait le pari d’enfoncer le clou encore un peu plus loin et c’est en adoptant une construction totalement détachée de toute limite trop restrictive que Sayag Jazz Machine a appréhendé une douzaine de compositions très largement ouvertes vers le reggae, le dub, l’electro, le free jazz, le hip hop, l’oriental et nombre d’autres choses encore. Surprenant jusque dans sa démarche, le quintet s’offre des allers et retours continus entre un esprit de création collective et des démonstrations individuelles assez folles, proposant du même coup une création quelque peu décousue mais totalement bluffante, d’autant plus que des featurings avec Conquering Lion, Osloob ou Daoud viennent régulièrement mettre un peu de piment sur un met qui ne manquait déjà pas de saveur et de force. On filera au gré des « Grateflesh », « Bruda’s Way », « Shakwaa » ou encore Monkeys Next Door » ou « Noskool » et on se prendra de plein fouet une dose non négligeable de bonnes vibrations qui empruntent aux multiples émotions et inspirations de cinq musiciens totalement incroyables, que ce soit dans leur manière de penser ou dans leur manière de créer. Vous y ajoutez une réalisation signée Fabien Girard (Vincent Segal, Ballaké Sissoko, Inna De Yard …) et vous obtenez une véritable craquerie qui prendra encore plus d’envergure à la scène, c’est certain. Esprits ouverts, foncez !