Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ACQUIN

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ACQUIN pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 03 février 2020
 

Bareback
(Eklektik – InOuïes Distribution – 2020)  
Durée 29’09 – 9 Titres

http://www.acquin.fr

Projet original initié par un artiste qui ne l’est pas moins, Acquin est une sorte d’ovni musical qui regarde du côté de la chanson, mais en adoptant une attitude proche du post punk des eighties, voire carrément du rock … Violoniste classique de formation rompu à la fréquentation des conservatoires et des salles de concerts, Laurent Douay s’est penché sur le pop rock en autodidacte et a commencé dans ce registre par un premier EP paru en 2016, « Les choix esthétiques ». Influencé par Daniel Darc et par Frédéric Lo, c’est tout naturellement qu’il ira à la rencontre du second et qu’il commencera à imaginer avec lui ce premier album qui rassemble toutes les références musicales communes aux deux hommes. Si la filiation avec la musique de Daniel Darc est évidente, il faut également aller chercher du côté d’artistes comme Bashung voire même Gainsbourg sur un ouvrage qui fait la part belle au piano mais qui n’en renonce pas pour autant à quelques parties de synthés qui ne sont pas sans faire penser à Lily Drop ou même à Indochine. La voix sombre et profonde de Laurent Douay apporte à Acquin une couleur toute particulière qui mélange l’esthétisme et la mélancolie en même temps qu’elle souffle le chaud et le froid. Côté textes, on navigue à vue au beau milieu de l’étrange, de l’impénétrable, et on suit Acquin sans trop se poser de question mais en appréciant avec sincérité des compositions comme « Berceau », « Gender Bender », « Bar », « Parallèle » ou « X-in » qui finissent de faire de « Bareback » une création quelque peu impénétrable avec ses faux penchants vers le lo-fi, mais une création définitivement faite pour la scène, un terrain de jeu où le groupe sera complété par Olivier Legall aux guitares et claviers, Stéphane Mugnier à la basse et Thomas Chalindar à la batterie mais aussi occasionnellement par Antoine Tiburce aux claviers. Un ouvrage que l’on pourra découvrir dans les bacs dès le 14 février ou carrément sur la scène des 3 Baudets le 23 mars pour une release party qui s’annonce épatante !