Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THOMAS SARRODIE GROUP pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mardi, 07 janvier 2020
 

Thomas Sarrodie Group     
(Autoproduction – 2019)  
Durée 35’32 – 9 Titres

https://thomassarrodie.weebly.com/
 
Formé en 2011, le Thomas Sarrodie Group a pris pour parti de ne pas choisir entre le blues et le rock mais de s’efforcer de réunir les deux dans une seule et même musique influencée par le son des années 60 et 70 et par des artistes comme Jimi Hendrix, Jeff Healey et autres Cream. Réunis autour du chanteur et guitariste qui a donné son patronyme à la formation, Sylvain Blanquiot à la basse et Jeremy Cazorla à la batterie insufflent au projet un petit côté psychédélique pas désagréable du tout et c’est avec un nouvel effort éponyme que le trio poursuit son aventure cette année, proposant neuf titres dont deux tiers d’originaux mais aussi trois reprises choisies. Guitariste de talent, chanteur plus qu’honorable qui n’essaie pas de masquer un accent parfois so frenchy par des effets de style déplacés, Thomas Sarrodie tire parfaitement profit de toutes ses qualités et ne se prend pas les pieds dans le tapis au moment de coucher tout ça sur un album où il a fait qui plus est le très juste choix de ne pas faire de remplissage inutile pour mieux se concentrer sur un contenu aussi riche qu’équilibré et interprété avec soin. Soutenu par une section rythmique solide et motivée, le groupe ne se prive pas de jouer au yoyo entre le blues et le rock en prenant même la liberté de temps à autres de glisser vers des choses un peu plus funky voire carrément groovy. Droit dans ses bottes sur « Timid Girl », « Rockabilly Queen », « Think About Your Weal » ou « Flowers », le Thomas Sarrodie Group va surprendre son monde avec une reprise intéressante de Wallace Collection, « Baby I Don’t Mind », mais aussi avec le « Break On Through » des Doors et le « Bold As Love » de Jimi Hendrix, nous gratifiant de temps à autres de quelques beaux licks et autres descentes de manche de la Strat préférée du frontman et délivrant au bout de la route une potion bien consistante et carrément revigorante qui, en à peine plus de trente-cinq minutes, réussit à vous donner la pêche pour toute la journée, voire même un peu plus. Une réalisation sans fioritures mais avec beaucoup de savoir-faire et d’inspiration et voilà une galette qui fait encore avancer le groupe d’un grand pas sur le chemin d’une reconnaissance plus que méritée ! Que demander de plus à part un concert ?