Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Concerts arrow FESTIVAL BLUES D'AUTOMNE EN RABELAISIE (2/3)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

FESTIVAL BLUES D'AUTOMNE EN RABELAISIE (2/3) pdf print E-mail
Ecrit par Alain Hiot  
mercredi, 16 octobre 2019
 

FESTIVAL BLUES D'AUTOMNE EN RABELAISIE (2/3)
SALLE POLYVALENTE – BEAUMONT-EN-VÉRON (37)
Du 4 au 6 octobre 2019

https://www.festival-bar.fr/
http://www.letempsdescrises.fr/
https://www.facebook.com/suckdaheadbrassband/
https://www.facebook.com/Mike-Greene-10263625847/
https://www.facebook.com/sameplayershootagainband/
https://www.francescopiu.com/
http://www.swampini.com/index.html
https://www.trainmanblues.com/
https://www.slimpaul.com/
https://www.thebluebutterpot.com/

Retrouvez toutes les photos d'Alain Hiot sur https://alain-hiot.com/

Samedi 4 octobre :

C'est une très longue journée qui nous attendait en ce samedi et qui a débuté par une déambulation festive au son de la fanfare Suck Da Head. Un défilé où les déguisements ont été remarqués, et avec une halte à la maison de retraite pour le plus grand plaisir des résidents.

La fanfare a eu tout juste le temps d'arriver au village des artisans que le premier concert démarrait sur la scène extérieure avec le Mike Green Band, tandis que les premiers spectateurs commençaient à se restaurer à l'abri sous les barnums, même si la pluie avait finalement cessé juste avant que la déambulation ne se mette en route. Mike entouré de musiciens français bien connus de la scène Blues nous a offert un concert dans un registre plutôt classique mais extrêmement bien réalisé qui a fait l'unanimité du public, parfait pour débuter cette grande journée musicale qui allait grimper en intensité au fil des heures.

Les "Tributes à" nous laissent quelquefois hébétés devant la qualité extrême des reprises, et autant dire qu'avec Same Player Shoot Again nous avons été copieusement servis ! Cet hommage à Freddie King est une vraie merveille et totalement conforme en live à ce que j'avais entendu sur l'album. Amis programmateurs je sais que nombre d'entre vous sont réticents à mettre un tribute à l'affiche, mais je vous garantis qu'avec celui-là vous ne ferez aucune faute de goût tant il est assez exceptionnel ! La vraie jauge étant bien entendu celle du public, il ne fait aucun doute que ce set a conquis l'intégralité des spectateurs à en juger par la quantité d'applaudissements !

Alors là... ALORS LÀ !!! Qui a vu Francesco Piu une fois sur scène n'a qu'une seule envie : le revoir dès que possible ! Égal à lui-même avec cette générosité sur scène qui le caractérise si bien et un répertoire enlevé qui nous accroche dès les premières notes, Francesco et son acolyte batteur Silvio Centamore nous ont de nouveau scotchés et fait grimper aux rideaux ! Avec en prime une petite descente parmi le public avec une remontée sur scène en interprétant en slide le célèbre riff de « Misirlou » popularisé par le film « Pulp Fiction », on se souviendra encore longtemps de cette prestation avec là aussi la petite jam finale qui va bien avec Alain Michel ! Avec Superdownhome et Francesco Piu les Italiens ont vraiment mis le feu cette année au B.A.R.

Mais il est temps à présent de quitter provisoirement la scène du village pour retrouver celle de la salle polyvalente où nous attendent les Danois de Trainman Blues et leur guitariste chanteur irlandais Richard Farrell. Et si l'on retrouve un peu de calme après la tornade Francesco Piu, le répertoire lui n'en est pas moins excellent dans un registre plus classique très convaincant et qui sera fortement applaudi. Décidément cette programmation 2019 n'en finit pas de nous séduire et c'est loin d'être fini !

Retour du côté du village des artisans pour Swampini qui va assurer les inter-scènes de la soirée. Doit-on encore présenter cette formation née à la fin des années 90 et son charismatique frontman gaucher Paco Lefty Hand ? Pour les rares personnes qui ne les auraient pas encore vus à l'œuvre, je ne saurais trop vous conseiller de vous précipiter dès que possible pour les voir en Live car là aussi on retrouve des musiciens chevronnés au sommet de leur art. Et tandis que le public en profite pour se désaltérer pendant cette pause musicale, à l'intérieur se prépare un autre grand moment de ce festival.

Pour celles et ceux qui l'ignoreraient encore Slim Paul était le guitariste de Scarecrow, un groupe toulousain qui officiait dans un registre Blues/Hip-Hop et qui avait su me réconcilier avec le scratch tant ils avaient su mixer les deux styles de façon incroyable. Le groupe s'étant séparé, Slim Paul et Jamo, l'ancien bassiste revenu à présent à son premier instrument la batterie, ont reformé un trio avec l'aide d'un bassiste totalement exubérant mais d'une efficacité redoutable, Manu Panier. J'avais eu l'occasion de les voir en mai sur une scène extérieure et je trouve qu'ils sont encore montés en puissance que ce soit musicalement ou en termes de show scénique. Pour moi ce fut la grosse claque de la journée avec Francesco et Same Player Shoot Again.

Oreilles sensibles s'abstenir avec le duo qui a refermé cette deuxième journée, The Blue Butter Pot, et leur ingé son maison qui a littéralement fait "exploser" les vu-mètres ! C'est là que l'on s'aperçoit également de toute la très bonne qualité du son durant tout le reste du festival car là franchement le niveau sonore était difficilement supportable. C'est d'autant plus dommage que cela n'apporte strictement rien au spectacle donné par Ray et Oliv', qui par ailleurs est d'un très grand intérêt. L'énergie déployée est incroyable et le répertoire nous tient en haleine, y compris avec les titres plus calmes pour lesquels Ray nous embarque avec lui au son de sa guitare. Réduire de quelques décibels sera profitable à tous, musiciens et public, pour un groupe qui fait preuve d'une très grande originalité et qu'il faut absolument venir voir sur scène.

Alain Hiot – octobre 2019