Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow LION SAYS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

LION SAYS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 16 septembre 2019
 

Other side effects    
(Monstre Sonore – PIAS – 2019)  
Durée 44’32 – 15 Titres

http://www.lionsays.com/
 
C’est sur les bancs du lycée que Lionel Giardina a compris que la musique ferait éternellement partie de sa vie, tout comme la langue des Beatles d’ailleurs, qui est rapidement devenue son premier métier … Des groupes de reprises des seventies jusqu’à quelques groupes comme Moonman ou encore Two The West, ce Rennais de naissance devenu Parisien durant une douzaine d’années finira par initier un nouveau projet, Lion Says, avec lequel il se fera remarquer en sortant un premier album fin 2016, avant de se constituer un groupe pour s’en aller le défendre à la scène. Jamais en manque d’idées, le chanteur et guitariste continuera à composer durant la tournée pour ce second effort sur lequel il fera le pari d’incorporer de nouveaux instruments et de nouveaux arrangements plus complexes que ceux de « New Folk », son prédécesseur. Des lap steel aux cigar box guitars en passant par l’apport substantiel de Fred Woff, producteur et réalisateur de l’album qui apportera sa marque de fabrique de multi-instrumentiste, on remarquera des cordes et des percussions en tous genres pour un résultat en quinze titres qui ne va renoncer à aucun effet de manche pour mieux surprendre un public qui y trouvera des intonations rock, progressives ou encore gospel, mais aussi de multiples influences qui ne sont pas sans rappeler les Beatles, les Stones, Led Zeppelin, Pink Floyd ou encore David Bowie mais aussi Dylan voire même Paul Simon. Des textes torturés, lucides, mystiques, humains ou même engagés, une musicalité de toute beauté et des arrangements d’une rare intelligence, on traverse avec un plaisir non feint des chefs d’œuvre comme « Through The Storm », « Mamas », « Never Let Go » ou « Peace At Last (The Boxer) » mais aussi un diptyque, « A Thousand Likes », et même un triptyque, « Sorry Son », sur lequel Lionel Giardina se paie le luxe de quelques phrases en Français dans un style qui rappelle immédiatement et irrésistiblement Gainsbourg. Un album de toute beauté à se procurer dès sa sortie le 18 octobre !