Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow THE FAT BASTARD GANGBAND

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE FAT BASTARD GANGBAND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 24 juillet 2019
 

Masala
(L’Autre Distribution – 2019)  
Durée 37’59 – 10 Titres

http://www.thefatbastardgangband.com      

Dix années d’existence méritaient bien que le Fat Bastard Gangband se fasse un petit plaisir en ajoutant une ligne à sa discographie, la cinquième si je ne m’abuse … Autour de ses sept membres, le groupe a toujours eu à cœur de jouer la carte du métissage et on est bien forcé de constater que ça marche avec des musiques qui empruntent autant aux sonorités indiennes, maghrébines, balkaniques, nord et sud-américaines mais aussi anglaises puisque le tout est proposé dans un démarche plutôt punk. De la salsa au rock et de la cumbia au klezmer, Alexei Duconovicz et sa bande vont nous jouer la partie en travaillant sur les grandes longueurs avec un lot incroyable de guitares, banjos, basses, batteries, accordéons, claviers, saxophones, tubas, trombones, trompettes et samples qui portent des textes où l’Espagnol, l’Anglais et le Français et les autres langages font plutôt bon ménage. Festif mais pas seulement, « Masala » est un effort qui se la joue épicée et qui nous propulse dans une sorte de grand voyage en terre libre de frontières et de visas, un périple épique que l’on pourrait taxer d’imaginaire si des titres comme « Balkan Klub », « La cumbia libre », « Saint Louis », « Eastern Sunshine » et autres « Jungle Calypso » ne nous faisaient littéralement nous déplacer dès lors que les yeux se ferment ou qu’ils se laissent aller à sombrer dans le vague … De la folie, de l’amour, une pointe d’engagement et surtout un sens du groove omniprésent, avec « Masala », c’est une véritable offrande à la paix et à la tolérance que nous propose le Fat Bastard Gangband, et ça, ça n’a pas de prix ! Qu’on se le dise …