Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow CLIFF STEVENS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CLIFF STEVENS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 30 juin 2019
 

Nobody but you
(Autoproduction – 2019)  
Durée 45’15 – 11 Titres

http://www.cliffstevens.com
   
Il a longtemps arpenté les scènes canadiennes en tant que sideman pour différent groupes avant de se décider à voler de ses propres ailes en se lançant dans une aventure en solo et s’il affiche trente-cinq années de carrière et des passages sur des scènes prestigieuses, Cliff Stevens peut aujourd’hui être fier de la sortie de son quatrième effort personnel, « Nobody But You ». Fort de sept tournées européennes depuis 2004 pour un total de plus de deux centaines de dates entre l’Allemagne, les Pays Bas, la Pologne ou encore la République Tchèque, le chanteur et guitariste montréalais a donné plus de quarante concerts sur le vieux continent au premier trimestre de cette année pour promouvoir ce nouvel effort et c’est avec une certaine détermination qu’il nous le présente aujourd’hui, avec son lot de blues, de blues rock et même de ballades. Accompagné de Domenic Romanelli à la basse, Eric Sauvé aux claviers, Sam Harrisson à la batterie et Kim Feeney au chant sur la moitié des titres, Cliff Stevens nous délivre onze pièces originales dans lesquelles il fait preuve de beaucoup de détermination pour tout ce qui est d’affirmer sa musicalité et son talent, n’empiétant toutefois jamais sur les parties de ses complices de jeu mais prenant soin de remplir pleinement et intelligemment sa part du travail. Entre chansons d’amour et chansons plus terre à terre, « Nobody But You » parvient à capter l’attention grâce à de belles parties de slide mais aussi grâce à des solos très pointus et à des riffs impeccables, l’auditeur se retrouvant forcément séduit par des morceaux comme « Say What You Mean », « Little By Little », « World Of Worry », « Bad Luck » ou encore « Truth Don’t Lie ». Avec un petit quelque chose dans le jeu qui rappelle Eric Clapton ou encore Albert King, Cliff Stevens n’a pas fini de faire rêver les fans des douze mesures au sens le plus vaste du terme !