Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow J.P. REALI

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

J.P. REALI pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 24 juin 2019
 

A highway cruise
(Reali Records – Blind Raccoon – 2019)  
Durée 21’19 – 5 Titres

http://www.jpreali.com/
   
En trois décennies de carrière artistique, J.P. Reali aura réussi à faire son trou bien plus loin que Washington D.C. dont il est originaire et où il a participé à de multiples groupes conne The Next Step, pionnier du blues psychédélique dans les eighties, ou encore The Reali Brothers dont il était une moitié du duo roots durant les nineties. Son premier album solo sorti en 2007 marquera les esprits mais c’est le suivant paru trois ans plus tard qui ouvrira deux années de suite les portes de l’International Blues Challenge en solo à J.P. Reali, l’histoire se complétant pour lui par de nombreuses récompenses et nominations à différents Awards. Son nouvel effort, le chanteur et guitariste l’a imaginé en groupe et a souhaité mettre dessus cinq compositions pour lesquelles il est accompagné de Duke Levine aux guitares, Kevin Barry à la lap steel, Jim Haggerty aux basses, Mark Teixeira à la batterie et Dennis Brennan aux harmonicas, des pièces originales qui vont aller se promener du côté du blues bien entendu, mais aussi de la country, du boogie, du folk, du Piedmont blues et même du rock avec « The Ballad Of A Burglar », un titre qui n’est pas sans faire penser à un certain Chuck Berry. De « My Baby Loves To Boogie » à « Whiskey For Blood », on passe une vingtaine de minutes en très bonne compagnie avec un groupe qui n’hésite pas à sortir tantôt une mandoline, tantôt un banjo, pour apporter d’autres couleurs à une musique pleine de finesse et de richesse. Produit par Duke Levine et Chris Rival, « A Highway Cruise » marque une nouvelle étape importante dans la carrière solo de J.P. Reali, un artiste qui mériterait d’être plus visible sur le Vieux Continent !