Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow CHALLENGE BLUES FRANCAIS à MONTAIGUT-SUR-SAVE (31))

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CHALLENGE BLUES FRANCAIS à MONTAIGUT-SUR-SAVE (31)) pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 10 juin 2019
 

6ème CHALLENGE BLUES FRANÇAIS
FESTIVAL GUITARE EN SAVE
BASE DE LOISIRS DE BOUCONNE – MONTAIGUT-SUR-SAVE (31)
Le 8 juin 2019

http://www.guitarensave.fr/
http://www.toulousebluessociety.com/
http://www.franceblues.com

C’est sous un soleil radieux que nous débarquons en banlieue toulousaine pour ce qui sera un des grands moments de la saison blues 2019 puisque France Blues, en collaboration avec Toulouse Blues Society et le festival Guitare en Save, organise les sélections nationales visant à désigner les candidats français aux concours blues internationaux de 2020 … Six finalistes en lice, un concert final pour enfoncer le clou, le ton de la soirée est donnée et c’est à 19 heures précises que Francis Rateau, Maitre de Cérémonie du Challenge, donnera le coup d’envoi de cette sixième édition …

On démarre cette 6ème édition avec Little Mouse & The Hungry Cats a qui revient la lourde tâche de chauffer les planches avec en face d’eux un public un peu disséminé compte tenu de la précocité de l’heure de démarrage de l’évènement. Pas démontée pour autant, la petite souris va nous envoyer un gros morceau de blues avec une énergie de tous les instants et surtout sans le moindre stress, signe que le jeu prime déjà sur l’enjeu, ce qui corrobore l’esprit de ce challenge qui, loin d’être un tremplin de révélation de jeunes talents, s’adresse essentiellement à des groupes qui recherchent une véritable voie de professionnalisation. Professionnel, le mot est lancé et il reviendra tout au long d’une soirée qui nous réserve encore bien des surprises.

On passe déjà à Thomas Doucet & The G-Lights, un groupe qui décolle petit à petit et qui, après une victoire en 2018 au Tremplin Blues sur Seine, se retrouve aujourd’hui sur la marche supérieure pour tenter de gagner une place sur les grands rendez-vous internationaux. Descendant des légendes de la soul de Memphis, enfant naturel des grands noms de la Stax, Thomas Doucet et consorts offrent un show construit avec une formation sans guitariste, un pari osé qui se révèle plutôt gagnant puisque l’instrument phare du genre ne semble pas vraiment manquer à une assistance qui applaudit à tout rompre un quartet qui sait s’imposer. Un son, une attitude, une énergie … A n’en point douter, ce groupe est un des futurs très grands de demain.

C’est dans un style quelque peu différent que Jessie Lee & The Alchemists vont maintenant venir assurer leurs vingt minutes de set, bien décidés à mettre la barre très haute grâce à une équipe très professionnelle, on vous avait dit que le mot reviendrait, et à une pêche de tous les instants. Sans revenir sur toutes les expériences et collaborations présentes et passées de chacun des musiciens qui composent le groupe, les cinq individualités prouveront ce soir qu’elles sont capables de jouer collectif et de proposer un véritable show de blues en lui apportant de petites touches de styles dérivés comme le rock ou la soul par exemple, ou encore en s’offrant une version revue et corrigée à la sauce Alchemists du fameux « Come On In My Kitchen » de Robert Johnson.

Premier duo de la soirée, La Bedoune fait figure de régional de l’étape et vient nous présenter un set plein d’humour et de malice avec non seulement un gros savoir blues mais aussi et surtout avec un véritable talent d’interprétation. Deux guitares et une voix, un set de percussions sur lequel trône fièrement une tête de mort, La Bedoune rend hommage aux vaches du Bourbonnais dont le groupe est originaire, ça ne s’invente pas, et le fait avec plein de malice, le tout en acoustique avec un chant bourré de sensibilité et un jeu plein de finesse. On sort quelque peu des sets très rentre dedans des trois groupes précédents mais cela ne nuit en rien à la cohésion de la soirée, loin de là, puisque le groupe sera salué comme il se doit par un public qui a su apprécier la prestation du tandem.

La finale avance bon train et c’est déjà Sweet Scarlett qui s’installe pour nous offrir une prestation pleine de malice et de complicité, cette formation familiale réussissant non seulement à faire preuve de cohésion mais aussi et surtout d’originalité. Pas forcément le groupe le plus connu de la galaxie blues nationale, Sweet Scarlett donne des regrets à tous ceux qui ne les ont pas encore programmés en proposant un set très élaboré avec un mélange de sensibilité et de technique et surtout avec un surcroit de talent qui risque à terme de propulser le quartet vers le haut du panier. Ajoutez-y un charisme de tous les instants et une véritable passion pour la musique qu’ils jouent et vous avez sous la main « the next big thing » comme disent les Etasuniens. Ceux qui ne connaissaient pas encore Sweet Scarlett viennent de prendre une sacrée baffe !

On termine avec Electric Blues Duo qui va nous proposer un set original axé sur la fameuse association guitare voix d’une part et basse percussions de l’autre. Le public apprécie cette belle touche de peps proposée par deux artistes qui ont de la bouteille et du talent et c’est en très bonne compagnie qu’il suit ce binôme plein de complicité vers des territoires blues dans lesquels l’acoustique se marie à l’électrique avec beaucoup de savoir-faire. Le soleil qui décline laisse entrevoir des couleurs qui collent bien au tableau et c’est avec un charme fou que ces derniers candidats de l’édition 2019 vont refermer les pages d’un livre où beaucoup reste à écrire. Quel sera le verdict final ? On le saura dans une grosse heure maintenant.

Pendant la délibération, c’est non pas une mais des pointures de la scène blues française qui viendront faire leur show puisque Nico Wayne Toussaint a choisi d’inviter ses amis sur scène avec pour commencer une moitié d’Awek, Bernard Sellam à la guitare et Olivier Trebel à la batterie, ce qui n’est déjà pas rien, mais aussi avec Abdell-B-Bop à la contrebasse et le pianiste espagnol Paul San Martin. Chaleur et convivialité seront bien entendu de la partie et c’est une grosse rasade de blues que ce joli monde nous emmènera là encore dans un voyage où le blues est omniprésent. Disciple de James Cotton, Nico est un peu son descendant sur terre et c’est avec les cachets de son mentor qu’il viendra allumer un dernier feu à Guitare en Save, mais quelle flambée ce sera.  Ceux qui n’ont pas apprécié étaient surement sourds, c’est probable ! Ou alors fous peut-être …

L’heure des récompenses a sonnée et c’est avec un grand plaisir que l’on assistera à la remise des prix à Jessie Lee & The Alchemists qui se qualifient pour l’European Blues Challenge 2020 aux Pays Bas mais aussi à La Bedoune et à Thomas Doucet & The G-Lights qui se rendront à Memphis en janvier prochain pour participer à l’International Blues Challenge. Le temps de remercier nos amis de Guitare en Save, de Toulouse Blues Society et de France Blues et c’en sera définitivement fini d’un 6ème Challenge Blues Français qui aura tenu toutes ses promesses ! La suite de l’histoire ne fait que commencer mais elle promet déjà d’être belle …

Fred Delforge – juin 2019