Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow THE FORTY FOURS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

THE FORTY FOURS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 12 juin 2019
 

Twist the knife
(Rip Cat Records – Frank Roszak Promotions – 2019)  
Durée 33’10 – 8 Titres

https://www.facebook.com/The44sBand/   
 
Il y a sept ans que ce groupe de Los Angeles attendait de pouvoir faire son retour sur le devant de la scène avec un nouvel album, sept longues années durant lesquelles le chanteur et guitariste Johnny Main s’est efforcé de reconstruire The 44s avec un nouveau line up dans lequel on remarque aujourd’hui Eric Von Herzen aux harmonicas, Mike Hightower à la basse, Gary Ferguson à la batterie et Junior Watson aux guitares sur quatre titres. Fer de lance des scènes rock et blues rock de la Côte Ouest, The 44s revient donc en pleine forme avec ce tout nouveau « Twist The Knife », un opus bref mais complet dans lequel Johnny Main ne va pas retenir ses coups et nous envoyer sans sourciller une grosse demi-heure de musique avec des guitares impressionnantes de réalisme mais aussi et surtout avec un son vintage au possible qui mettra tout le monde d’accord. Parti bille en tête avec la seule composition de l’album, l’instrumental « Cuttin’ Deep », le nouveau trésor des Californiens va se faire un malin plaisir de nous proposer des retrouvailles avec quelques grands noms dont les standards vont être revisités à la sauce 44s mais avec des accents qui rappellent forcément les originaux empruntés à Muddy Waters, à Howlin’ Wolf ou encore à Lightnin’ Hopkins. On croisera ainsi la route des incontournables « Champagne And Reefer », « Howlin’ » et « Too Many Drivers » mais également celle d’un « Sugar You », d’une « Rosie » ou encore d’un « Helsinki » qui complètent la rondelle en beauté pour mieux se séparer sur un « 44’s Shuffle » qui tiendra lui aussi toutes ses promesses. Après une si longue attente, on aurait sans doute été en droit d’en attendre un peu plus, ne serait-ce que deux ou trois morceaux supplémentaires, mais compte tenu de la teneur de ce que nous servent The 44’s avec « Twist The Knife », on ne fera pas les difficiles et on se contentera de ces huit perles de blues rock polies avec le plus grand soin !