Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Chroniques CD's arrow MARC DELMAS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

MARC DELMAS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
samedi, 01 juin 2019
 

La superficie du ciel
(Autoproduction – 2019)  
Durée 33’25 – 11 Titres

https://www.facebook.com/MarcDelmasChansons/

Remarqué sur le Chantier des Francofolies ou encore sur les ondes de France Inter à l’aube du troisième millénaire, Marc Delmas est un de ces artistes insolites qui cultivent patiemment leur jardin secret tandis que d’autres essaient en vain d’avancer sur les routes du succès … Et ça fonctionne plutôt bien puisque après deux albums, « Initial » en 2005 et « Bloody Mary » en 2007, le chanteur et multi-instrumentiste bordelais s’est donné un peu de temps pour mener à bien une agriculture différente faite de légumes anciens, de plantes médicinales, de fleurs et de fruits, avant de se remettre à composer pour un troisième album qui se veut positif et qui va s’attacher à découvrir « La superficie du ciel » là où tant d’autres se contentent de constater l’état déplorable du monde. Quelque part entre Neil Young et Joni Mitchell avec un trait de Bashung et de Miossec, Marc Delmas a rassemblé quelques complices et nous a concocté un recueil de poésies sur lesquelles apparaît de temps à autres un trait de violoncelle ou encore un peu de darbouka, de guimbarde ou de clarinette. Sans faire de vague mais sans non plus sombrer dans le linéaire, les onze compositions de l’album illuminent le ciel dans les grandes largeurs grâce à des textes empreints d'une poésie subtile et à des instrumentations servies avec parcimonie, le tout donnant lieu à des morceaux comme « Tisser des poèmes », « Jouvence », « Les roses trémières » ou encore « Fifrelin », des titres qui nous font à l’occasion marcher dans les pas d’Hemingway ou même croiser l’orang outang du Jardin des Plantes. Difficile de se dire qu’il aura fallu attendre plus de dix ans pour enfin découvrir « La superficie du ciel », et en même temps s’il avait précipité les choses, Marc Delmas n’aurait peut-être pas aussi bien réussi son troisième album. On se contentera donc de le prendre comme il vient, par surprise mais avec un talent fou !