Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow Interviews arrow CHARGE

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

CHARGE pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
samedi, 04 mai 2019
 

CHARGE

http://www.chargerocks.com/fr/

Une rencontre avec Ravin, chanteur et bassiste du groupe Charge, qui nous présente le groupe et son nouvel opus, « Ain't The One ». Un nouvel album puissant, nerveux et sans fioriture. Du rock’n’roll pur jus !

Salut Ravin
Salut  

Bon, question qu'on doit te poser sans cesse je me doute, pourquoi ce nom de Charge ?
Je recherchais un nom qui sonne aussi bien en français qu'en anglais, et je voulais que ça commence par A, B ou C et en un seul mot. Donc Charge c'était parfait, ça sonnait bien. Voilà, il n'y a pas d'autre signification.

Comment vous vous êtes rencontrés, présente nous le groupe ?
On est un groupe de rock parisien. Avec Sacha, le guitariste, on s'est rencontrés sur scène. On a joué dans un petit groupe de reprises de Metallica, et ensuite, quand on a eu besoin d'un guitariste au sein de Charge, il nous a rejoints. Pour Lionel le bassiste, l'autre bassiste car nous sommes deux dans le groupe, c'est un ami de longue date. On était un trio et on cherchait un second guitariste. Il a bien voulu nous rejoindre mais seulement en tant que bassiste. Et du coup, comme je te l'ai dit avant, on est un groupe avec un guitariste, mais deux bassistes. Loïc, le batteur, est le seul à avoir rejoint le groupe suite à une annonce. Et ça fait quatre ou cinq ans qu'on est ensemble maintenant.

J'ai regardé vos références musicales, on trouve un peu de tout, donc pour définir ce serait quoi ? Rock au sens large du terme ?
Oui c'est ça. Ambiance metal, mais ça reste du rock. On écoute tous du rock. Il n'y a que moi qui suis plus sectaire car je n'écoute que du metal, mais les autres sont beaucoup plus ouverts que moi sur les autres formes de rock. Mais ils écoutent aussi du funk pour le bassiste par exemple. Sacha, il écoute plus de blues. Les noms qui reviennent souvent pour caractériser notre musique c'est Metallica, là on est tous fans, Foo Fighters et Danko Jones. J'avoue que pour ce dernier je ne connais pas beaucoup.

C'est très très bon Danko Jones !
J'ai écouté parce qu'on nous a dit que ça ressemblait. Et c'est  vrai que c'est très bon !!! Après notre style est plutôt primaire, accrocheur. Des morceaux simples, et courts.

Sur votre page Facebook, on trouve « Charge Rock', Rock in Paris », ça fait un peu artisan du rock ça non ?
(Rires) Eh bien oui !!! Et on le revendique !! (Rires) On a joué là-dessus. On est un groupe de « Rock in Paris ». Ça allait très  bien à tout le monde.

Certains d'entre vous ont été élevés au blues, ça se sent dans les solos, ça fait aussi parti de votre univers, même si on peut parler de blues rock ?
Effectivement, Sacha en écoute beaucoup. C'est un gros fan de Hendrix et, effectivement, cela se ressent dans son jeu. Il est parti de Metallica, puis Hendrix, les Doors, il est très 70’s en fait. Le blues, il est à fond dedans. Et nous on trouve ça parfait car ça donne exactement le son qu'on veut pour Charge.

Votre musique c'est violent et agressif mais dans le bon sens du terme ?
Oui. Mais on n’est pas assez méchants pour être totalement metal. (Rires)

C'est l'expérience de la scène qui vous a amené à construire un album aussi fort ?
Oui c'est vrai. Cet album est notre véritable premier album. Avant nous avons fait 2 EP, que l'on a ensuite regroupés pour en faire un album, et on était plus metal. Mais avec la scène entre temps, effectivement, cela nous a emmené à faire cet album, « Ain't The One ». Et c'est ce à quoi va ressembler Charge maintenant et dans le futur.

Deux bassistes dans le groupe, c'est pour donner plus de présence à la basse ?
Non pas vraiment. A la base, je n'avais pas vraiment un son de bassiste car je jouais avec une pédale de guitare. Et Lionel comme on disait tout à l'heure est venu car je voulais un deuxième guitariste, mais il m'a dit qu'il venait mais qu'il serait bassiste. Et du coup, on s'est dit « Pourquoi pas ». Il pourrait combler ces effets ou ce son que je n'avais pas avec mes pédales guitares.

Il a emmené plus de groove en fait ?
C'est exactement ça. Mais c'est vraiment un hasard. C'est pas un truc qu'on a recherché dès le début. C'est vraiment venu au fur et à mesure.

Qui fait quoi dans le groupe, compos, écriture ? Comment vous travaillez ?
Ce sont des jams essentiellement. Comme je t'ai dit, notre style c'est que ce soit accrocheur. On veut que tout soit envoyé tout de suite. Les lignes de chant, les riffs. Donc c'est souvent issu de jams. On peut venir avec des idées de riffs. Tu vois même Loïc, le batteur, peut par exemple se lever, prendre la guitare ou la basse et dire « tiens, j'ai ça en tête », mais généralement c'est plutôt Sacha ou moi qui arrivons avec les riffs en tête, et Lionel met ses lignes de basse dessus. Mais le tout sous forme de jams, je le répète. Donc c'est sûr, on balance pas mal de choses, car forcément, on ne trouve pas tout de suite, mais il faut que ça sonne live. D'ailleurs, on teste toujours nos morceaux en live avant de les enregistrer.

Donc, l'enregistrement s'est fait en « one shot », façon live ?
Alors non, pas du tout !!! En fait on n'est pas assez bons pour tout enregistrer live comme ça (Rires). On a enregistré avec Francis Caste, un nom plutôt connu dans le monde du metal car il a bossé avec Bukowsky, The Arrs, Zuul FX. Il sait comment on travaille, il me connaît bien et il a déjà travaillé avec nous sur les EP et masterisé le mélange des deux EP. On est resté en studio un mois et demi. Il a fait un gros boulot d'arrangements et à cause des contraintes des 2 basses, il a fait un super boulot au niveau du son.

Un gros travail de studio pour donner cette impression de jam sur l'album ?
Voilà, c'est ça. On lui a laissé carte blanche et le résultat est tout à fait cohérent, très bon, et ça met bien en valeur les morceaux. Et on a appris, par rapport à ce qu'il a fait, à se servir de son travail pour le son sur scène.

Oui c'est un album taillé pour la scène. Ne serait que dans la durée des morceaux et la durée générale même de l'album.
Oui, tout à fait. On aime bien ce format-là. On écoute des groupes avec des morceaux de huit ou neuf minutes, genre Maiden ou Metallica. Mais pour jouer, je préfère des morceaux courts, accrocheurs et qui restent en tête. Par exemple, System Of A Down, un groupe que j'adore, fait des morceaux courts. Et un beau compliment qu'on leur fait est de dire que les morceaux ne sont pas assez longs tellement ils sont bons. J'aimerais qu'on nous dise ça aussi !!! (Rires)

Y a-t-il un thème particulier pour cet album ? Je parle au niveau des textes.
Non, pas vraiment. C'est des ressentis, des petites histoires. On n'est pas là pour faire passer des messages politiques ou du même genre. On cherche plus la musicalité des mots, plus qu'un thème précis.

Tu disais tout à l'heure que vos références musicales sont plutôt étrangères, mais pas de groupe français ?
Alors, c'est très personnel. A mon niveau, je n'ai pas vraiment de référence française. Si ce n'est Gojira. Je suis un gros fan. Mais pas d'autres groupes non. Après pour les autres membres du groupe, je ne sais pas.

D'après ce que j'ai vu et lu, la scène c'est la vie pour vous ?
Ah ben oui. On veut jouer le plus possible. On va booker des dates, et surtout jouer dans des festivals car ça permet à des gens qui ne viendraient pas forcément nous voir en salle de nous découvrir.

Un petit mot sur la cover bien délire ? C'est une vraie photo ou c'est un montage ?
(Rires). C'est un montage. Je crois (Rires). On n'a pas balancé un de nos enfants de la scène (Rires). Alors au départ, je ne voulais pas trop, car cela aurait pu faire penser à un album live et créer ainsi une petite confusion. Mais, finalement, ça nous a marqué, et surtout les gens ont retenu cette couverture et nous en parlent. C'était le but du jeu et il a été atteint. Et du coup, tout l'artwork qui a suivi tourne autour de cette image.

Est-ce que tu pourrais définir le groupe en deux ou trois mots ?
Rock. Accrocheur. Sain. Et je rajouterais Direct.

Dernière question, quel est dernier morceau ou album que tu as écouté ?
« Blackened ». « And Jutice For All » de Metallica.

Merci
Merci à toi

Propos recueillis par Yann Charles