Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JOHN CLIFTON

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JOHN CLIFTON pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
lundi, 06 mai 2019
 

In the middle of nowhere
(Rip Cat Records – Frank Roszak Promotions – 2019)  
Durée 53’04 – 11 Titres

https://www.johncliftonmusic.com/
          
Il est resté plus de six mois dans les charts américains avec son précédent album, « Nightlife », paru en 2018, et c’est aujourd’hui avec un nouvel opus enregistré avec le groupe qui l’accompagne à la scène que John Clifton, co-fondateur du MoFo Party Band avec son frère Bill à la fin des années 80, revient sur le devant des bacs. Avec cent cinquante concerts par an et des scènes partagées avec James Cotton, Rod Piazza, John Mayall, Kim Wilson et tant d’autres, Clifton peut être considéré comme un vieux routier de la scène blues qui n’en est pas pour autant un intégriste puisqu’il sait à la demande teinter sa musique de jazz, de soul, de rhythm’n’blues ou de rock’n’roll à l’ancienne. Au chant, aux harmonicas ou encore à la guitare, John Clifton retrouve Scott Abeyta aux guitares, Jake Finney à la basse, Edward Fritz à la batterie, Bartek Szopinski au piano et John Shafer aux percussion pour nous proposer une cinquantaine de minutes de musique dans laquelle il place pas moins de cinq nouvelles compositions mais aussi six reprises empruntées à des artistes comme Lightning Slim ou encore Merle Haggard. On s’attardera quelque peu sur des originaux comme le tittle track, « In The Middle Of Nowhere », comme « Cool Spot In Hell », « Junkie Woman Blues », « Four Years Ago » et « Ain’t Spending No More Money » qui nous présentent l’artiste sous ses multiples facettes, des plus calmes aux plus animées, et on se régalera bien entendu des covers, elles aussi plus ou moins vitaminées, pour finir de saluer comme il se doit un très bon album de blues partagé entre le son de la Côte Ouest et celui de Chicago. De quoi regretter encore un peu plus l’absence de John Clifton dans nos contrées où l’on ne l’a pas vu depuis 2016 et son passage au Festival Bain de Blues en Bretagne. Programmateurs audacieux, à vous de jouer !