Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow JAY KIPPS BAND

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

JAY KIPPS BAND pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
jeudi, 14 mars 2019
 

How to polish your longhorns
(Flint & Steel Inc. – 2019)  
Durée 38’58 – 11 Titres

https://www.jaykippsband.com/

Voilà une formation sur laquelle mettre une étiquette risque d’être particulièrement difficile car le Jay Kipps Band s’efforce au quotidien de mélanger les styles et d’évoluer autant dans le blues et dans le rock que dans le bluegrass, l’Americana, la country, le surf rock et même le western spaghetti ! Formé en Ontario en 2014, le combo emmené par Jay Kipps au chant, aux guitares et aux harmonicas accompagné de Chad Burford aux guitares, Chris Lubker à la basse, Cory Bruyea à la batterie et Erin Kipps au ukulélé propose aujourd’hui son premier album et entend bien en faire une carte de visite assez complète de tout ce qu’il est capable de composer mais aussi de jouer puisqu’en plus des dix pièces originales figurant sur « How To Polish Your Longhorns », on remarquera une adaptation du « Call Me The Breeze » de J.J. Cale, et en live s’il vous plait. Malgré ses faux airs de ne pas y toucher, le Jay Kipps Band ne se contente pas de mettre ses notes les unes à la suite des autres et d’enfiler les morceaux comme d’autres le font avec les perles mais s’attache au contraire à créer de véritable ambiances, quitte à faire appel à des invités pour apporter un peu de guitare slide ou même de violoncelle. On se laissera donc prendre par la main par un groupe bien décidé à nous emmener faire un grand tour dans un répertoire qui papillonne entre la fin des fifties et de milieu des seventies avec des parties totalement folles dans lesquelles on retrouve les miasmes des premiers enregistrements du King mais aussi de Janis Joplin, voire même des relents très forts des films des frères Coen ou encore des bandes originales d’Ennio Morricone. Du bluegrass de « Colt 45 » jusqu’au surf rock de « Surffarie », on se laissera surprendre au gré des « Everyone But Me », « Big Old Engine », « The Only Reason » et autres « Gonzo » qui font de ce premier coup d’essai une véritable réussite, le tout dans une ambiance souvent proche des westerns à l’ancienne.