Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow ATOMIC ROAD KINGS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

ATOMIC ROAD KINGS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
mercredi, 06 mars 2019
 

Clean up the blood
(Bigtone Records – Frank Roszak Promotions – 2019)  
Durée 39’30 – 12 Titres

https://www.facebook.com/AtomicRoadKings/

Projet porté par deux pointures de la scène blues américaine, le chanteur et guitariste Jon Atkinson, sideman de luxe de Kim Wilson dans ses œuvres solo, et l’harmoniciste Eric Von Herzen, accompagnateur de Walter Trout, Kid Ramos ou encore Junior Watson, Atomic Road Kings a pour ambition de faire revivre le son des fifties au travers d’une musique qui n’en est pas pour autant rétrograde, loin s’en faut. Accompagnés par Bill Stuve aux basses et Malachi Johnson à la batterie, rejoints épisodiquement par Scot Smart, Danny Mitchell et Tony Delgado aux guitares et Robert Welch au piano, les deux complices ont enregistré ce nouvel album en analogique et sur un équipement vintage dans les studios d’Atkinson, réalisant toutes les prises en live pour en conserver l’énergie du groupe et s’attachant à mettre de grosses doses de feeling dans une musique qui n’hésite pas à glisser à l’occasion du blues vers le gospel ou le rock’n’roll. En onze pièces originales et une relecture du traditionnel « Two Sided Story », les Atomic Road Kings vont nous proposer un tour d’horizon un peu bref mais assez complet d’une musique à la fois riche, chaude et sincère qui ne cherche rien d’autre que le partage d’émotions avec une assistance forcément séduite par un chant plein de relief, par un jeu de guitare précis et coloré et par des décharges d’harmonica qui prennent aux tripes tant elles sont sombres, rythmées et profondes. Secoué énergiquement dès les premières mesures de « I’ve Got Time », l’amateur de blues roots se régalera de pièces comme « Have Your Way », « Candy Man » et autres « You Got To Change » qui font de « Clean Up The Blues » une sorte de rituel initiatique peut-être un peu bref, et encore, mais tellement intense qu’on lui pardonne bien volontiers de ne pas avoir dépassé le cap de la quarantaine de minutes. Du grand art pour les amateurs de choses à la fois simples et intenses !