Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow WHILE SHE SLEEPS au TRABENDO (75)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

WHILE SHE SLEEPS au TRABENDO (75) pdf print E-mail
Ecrit par Yann Charles  
vendredi, 08 février 2019
 

LANDMVARKS – TRASH BOAT – STRAY FOR THE PATH – WHILE SHE SLEEPS
LE TRABENDO – PARIS (75)
Le 1er février 2019

https://www.facebook.com/LANDMVRKS/
https://www.trashboat.co.uk/
https://www.facebook.com/Strayfromthepath/
https://www.whileshesleeps.com/

Retrouvez toutes les photos de Yann Charles sur https://www.flickr.com/photos/isayann/albums

Remerciements: Roger (Replica Promotion), Ninon (Alternative Live), Le Trabendo.

Pour un beau bordel, ce fût un beau bordel ! Bon on avait été averti à l'avance, pour cette soirée, le Trabendo affichait complet, mais tellement complet qu'il était quasi impossible de bouger dans un sens comme dans l'autre, devant, en face ou sur les côtés de la scène, et pour les photographes, pas de pit. Bon courage ! Bon heureusement, le bar restait accessible, sauf que c’était impossible d'y aller depuis notre position. Bref si quelqu'un me dit que le metalcore ne remplit pas les salles …

Bon, il est vrai que l'affiche avait de quoi attirer les passionnés du genre. Quatre groupes avec en tête d'affiche While She Sleeps, précédés de, par ordre d'apparition sur scène, Landmvarks, Trash Boat et Stray For The Path.

Ce sont les Marseillais qui ont investi la scène en premier. Voilà un groupe que j'avais découvert l'an dernier au Download et il m'avait laissé une belle impression. Et cette impression s'est confirmée car ils nous ont offert un set un peu court, mais puissant et efficace. Suffisamment pour allumer les premières mèches de ce qui allait être une soirée de folie.

On reste dans la même énergie scénique avec le punk endiablé de Trash Boat. Dans le public, ça bouge de tous les côtés. Impossible de venir se mettre sur le devant de la scène tellement les vagues se succèdent et entre les slams, les circles, on est presque emporté à chaque fois.

Et emporté, finalement, on l’a été avec Stray From The Path. Jusqu'ici, ça bougeait beaucoup, mais là, on a atteint des sommets. C'est simple, depuis que je fréquente le Trabendo, c'est la première fois que voyais un tel bordel !! Ça bougeait de devant la scène à quasiment la console son et lumières. Et même sur les côtés surélevés, on a réussi à être bousculé et même renversé. Mais putain quelle belle ambiance !!! La folie. Il faut dire que Stray From The Path donne dans le hardcore hyper speed et ultra puissant, certes très Rage Against The Machine dans l'âme et dans la construction, avec la présence efficace de son frontman Drew York. Un très bon moment de folie collective.

Et que dire alors de l'ambiance chauffée au fer rouge lorsqu’arrive sur les planches While She Sleeps ? Folie totale !! Ils sont là pour la sortie de leur nouvel album, « So What ». C'est un peu la question que l'on pourrait se poser. Alors quoi ? On le met ce bordel ou pas? Eh bien ils l'ont mis ! Oh punaise. Déjà pour commencer, deux titres de leur dernier opus qui mettent le feu, s’il y en avait encore besoin, et des vagues de personnes qui déferlent vers la scène. Ça tombe de tous les côtés, et ça se jette depuis la scène sur les bras tendus du public déchaîné. Jeunes et moins jeunes s'en donnent à cœur joie. Le set sera en fait un mélange de titres tirés de tous leurs albums, et bien entendu, tous seront repris par les fans dégoulinants de sueur, mais avec un p...n de sourire sur les lèvres. Les mecs sur scène se font plaisir, ça se voit, ça se sent. Le set a été court, neuf titres, et deux en rappel, mais en efficacité, on a rarement fait aussi bien.

Pour conclure, tout comme la température de la salle, c'était bouillant, c'était bon. Putain quelle claquasse !

Yann Charles – février 2019