Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow DELGRES à EVREUX (27)

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

DELGRES à EVREUX (27) pdf print E-mail
Ecrit par Evelyne Balliner  
jeudi, 07 février 2019
 

DELGRES
LE TANGRAM – EVREUX (27)
Le 2 février 2019

https://www.facebook.com/Delgresband/

Rendez-vous est donné à 19 heures pour une conférence débat sur l’esclavage avec le soutien d’Amnesty International et l'intervention de Katia Roux. Après un rappel des définitions et de l’histoire de l’esclavage, c’est au sujet des cas modernes de notre époque que la discussion évolue. Pascal Danaë, chanteur du groupe Delgrès, est très engagé dans la lutte contre l’esclavage. Il devait participer à cette conférence mais son emploi du temps ne lui a pas permis de nous rejoindre.

D’ailleurs, le nom du groupe est un hommage à Louis Delgrès, colonel d’infanterie des forces armées de la Basse-Terre, abolitionniste, il est connu pour la proclamation anti-esclavagiste signée de son nom, datée du 10 mai 1802, haut fait de la résistance de la Guadeloupe aux troupes napoléoniennes.

Mais il est bientôt l’heure pour nous de retrouver le groupe sur scène. Delgrès tourne sur son dernier album, « Lo Jodi », qui signifie « Mourir aujourd’hui ». Les musiciens sont en grande forme et dès le début, l’ambiance est là. Ils ne sont que trois mais le blues des Caraïbes, Antilles et Louisiane délie les jambes avec des airs de musiques lointaines, au-delà de l’océan. Le rythme est donné par Baptiste Brondy à la batterie et aussi par un soubassophone, énorme tuba instrument de la rue, des fanfares, que porte Rafgee.

Pascal Danaë parle, explique. À l’occasion d’un voyage en Guadeloupe, il se retrouve avec l’histoire de sa famille entre les mains. Il vient de recevoir la lettre d’affranchissement de son arrière-arrière-arrière-grand-mère, qui fut esclave, jusqu’à l’âge de 27 ans. Chaque titre relance la lutte contre l’esclavage, le combat pour la liberté. Pas de rage mais plein de questions comme dans « Mr Président » :

Misié pwézidan
Ou entélijan
Fo ou espliké mwen sa ki ka pasé
Misié pwézidan
Séw ka gouvèwné
Fo espliké mwen pou ki rézon nou ka goumé

Nou la ka
Goumé goumé goumé
Goumé goumé goumé woy

Lité lité lité
Lité lité lité

Il y a déjà une heure et demie que notre trio joue, il salue le public mais ce ne sera qu’un au revoir éphémère. Deux rappels plus tard, il est une heure de plus, notre groupe quitte définitivement les planches. On pourra très vite les retrouver au bar. Le public est séduit.

Evelyne Balliner – février 2019