Accueil du portail Zicazic.com


Zicazic on Twitter. Zicazic on Facebook.

Flux RSS ZICAZINE

Qu'est-ce que c'est ?




Accueil arrow TOMMY CASTRO & THE PAINKILLERS

> MENU
 Accueil
 ----------------
 Chroniques CD's
 Concerts
 Interviews
 Dossiers
 ----------------

TOMMY CASTRO & THE PAINKILLERS pdf print E-mail
Ecrit par Fred Delforge  
dimanche, 03 février 2019
 

Killin’ it live
(Alligator Records – 2019)  
Durée 55’41 – 10 Titres

http://tommycastro.com/

Natif de San José, Californie, Tommy Castro a touché sa première guitare il y a plus de cinq décennies, se retrouvant rapidement sous le charme d’artistes comme Eric Clapton, Elvin Bishop et autres Taj Mahal. Devenu un grand amateur de blues, il ne manquera aucun des concerts que donneront Ike et Tina Turner, Janis Joplin, John Lee Hooker, Albert King, Buddy Guy et autres Junior Wells au JJ’s, le blues bar local dans lequel il participait régulièrement aux jams en espérant devenir lui aussi un jour une valeur sure du blues. Bien décidé à se forger un style personnel, Tommy Castro prendra soin d’associer le blues et à soul et au rock en y mettant une bonne dose de guitares mais aussi une voix puissante et un sens imparable du groove qui ne perdra jamais de son charme au fil des quinze albums qu’il proposera à ses fans. Accompagné depuis plus de quatre ans par les mêmes Painkillers, Randy McDonald à la basse, Michael Emerson aux claviers et Bowen Brown à la batterie, le guitariste répond aujourd’hui aux attente de son public en lui offrant un album live dans lequel il retrace une bonne partie de sa carrière en piochant dans divers morceaux phares de sa discographie, huit en tout, et en les complétant par deux covers revues et corrigées à sa propre sauce. Produit par Ron Alan Cohen et enregistré entre le Texas, New York, le Michigan et la Californie, « Killin’ It Live » est un pur concentré de blues, de rock et de rhythm’n’blues dans lequel on se régalera de pièces totalement folles comme « Make It Back To Memphis », « Leaving Trunk », un titre de Taj Mahal que Castro joue depuis longtemps mais qu’il n’avait jamais enregistré, « Calling San Francisco », « Shakin' The Hard Times Loose », « Any Time Soon » ou encore « Two Hearts » et « Them Changes ». Un jeu toujours très précis, un feeling de tous les instants et surtout une musique qui donne des fourmis dans les jambes, on n’a encore rien inventé de mieux pour passer un bon moment et c’est avec un incroyable brio que Tommy Castro & The Painkillers nous le rappellent ! Sortie européenne le 1er février !